Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Tourisme

Tourisme et environnement

7 articles

La mobilité touristique

Les touristes étrangers représentent un total de 600 millions de nuitées en France en 2013 (578 millions en 2012), contre 502 millions en 2005. Le nombre moyen de nuitées des touristes étrangers augmente progressivement : 6,7 nuitées en 2005 et 7,1 en 2013 (7,0 en 2012).

Les touristes français ont passé 955 millions de nuitées en France métropolitaine en 2012, contre 1 051 millions en 2005 (- 9 %). En 2012, la durée moyenne des voyages en France métropolitaine est de 5,3 nuitées (contre 5,5 en 2005). Elle est donc plus faible que la durée moyenne des séjours des touristes étrangers.

Les modalités de déplacement des touristes étrangers

84,7 millions de touristes ont séjourné en France en 2013, contre 75 millions en 2005.

Évolution de la répartition de la provenance des touristes internationaux en France

2005
2013
Nombre (en millions) Part (en %)Nombre (en millions)Part (en %)
Europe65,28770,183
Amérique4,96,56,68
Asie et Océanie3,45,55,97
Afrique1,422,12
TOTAL7510084,7100

Sources : DGCIS; Banque de France, enquête EVE, 2014

Selon la DGCIS, le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine constituent un marché particulièrement stratégique pour le tourisme français (1,2 millions de touristes en 2005 et 4 millions en 2013).

En 2012, les touristes étrangers sont arrivés sur le territoire métropolitain à 60 % par route, 27 % par avion, 7 % par bateau ou Shuttle (Eurotunnel) et 6 % par train.

Répartition des touristes étrangers par mode de transport utilisé pour arriver en France en 2012

Nombre de touristes (en millions)
Part modale (en %)
Route
5060
Avion
2227
Bateau ou Shuttle
67
Train
56
TOTAL
83100

Note : les voyages par Eurotunnel sont comptabilisés avec la catégorie « bateau » dans l’enquête EVE.
Sources : DGCIS ; Banque de France, enquête EVE

Les modalités de déplacement des touristes Français en métropole

Entre 1964 et 2004, de plus en plus de personnes vivant en France sont parties en vacances, 65 % contre 43 % en 1964. Dans le même temps, les Français qui partent en vacances le font à plusieurs reprises chaque année. En 1968, les vacanciers effectuaient en moyenne 1,5 séjour de plus de 4 nuits par an en moyenne, contre 2,2 en 2004. Contrairement au nombre moyen de séjours, leur durée moyenne a décru régulièrement : en 1964, elle était de 20 jours, contre
12 jours en 2004. Les séjours durant les mois d’été occupent une moindre part dans l’ensemble des séjours : en 1979, 69 % avaient lieu en juillet et août, contre 57 % en 2004 (source : Insee, enquêtes Vacances).

Évolution du nombre et de la durée des voyages personnels (vacances)

2005
2012
Taux de départ (en %)
78,275,1
Nombre moyen de voyages pour motif personnel
54,7
Durée moyenne du voyage (nuitées)
5,95,7

Note : le taux de départ des Français (personnes résidant en France de 15 ans et plus au sens de l’enquête SDT de la DGCIS) est la proportion des Français à s’être absentés au moins une fois durant l’année considérée.

Source : DGCIS, enquêtes SDT 2005 et 2012, Mémento du tourisme 2010, 2013


Évolution du nombre et de la durée des voyages personnels en France métropolitaine

2005
2012
Taux de départ (en %)
75,271,2
Nombre moyen de voyages pour motif personnel
4,74,4
Durée moyenne du voyage (nuitées)
5,55,3

Note : le taux de départ des Français (personnes résidant en France de 15 ans et plus au sens de l’enquête SDT de la DGCIS) est la proportion des Français à s’être absentés au moins une fois durant l’année considérée.    
Source : DGCIS, enquêtes SDT 2005 et 2012, Mémento du tourisme 2010, 2013

Globalement, le nombre de voyages des Français a diminué d’environ 5 % depuis 2008. Il est passé de 214 millions à 203 millions en 2012), alors que la population a augmenté sur cette période de 4 %. Cette baisse s’opère surtout pour les voyages en métropole : entre 2005 et 2012, ils sont passés de 192 à 181 millions (- 6 %). Le nombre de voyages à l’étranger ou dans les DOM est stable (22 millions en 2005 et 2012).

Les touristes français, lorsqu’ils voyagent en métropole, se déplacent selon la répartition modale suivante :

Nombre de voyages des Français en métropole selon le mode de transport

Mode de transport
2005
2012
Nombre de voyages (en millions)
Part modale (en %)
Nombre de voyages (en millions)
Part modale (en %)
Voiture, deux-roues
1598314681
Train
25132614
Avion
2132
Autocar
2121
Camping-car
2132
Bateau
1010
Autre
1110
TOTAL
192100181100

Source : DGCIS, enquête SDT

Ainsi, alors que le nombre des voyages des Français en métropole enregistre une baisse de 6 % entre 2005 et 2012, le nombre des voyages en voiture diminue de 8 % et de 4 % en autocar. Il augmente de 6 % pour le train, de 20 % pour l’avion et de 34 % pour le camping-car.

Les impacts de la mobilité touristique sur l’environnement

D’après le Groupe de travail sur le tourisme durable de la Commission européenne, les déplacements touristiques occasionnent 8 % des émissions de gaz à effet de serre (en eq.CO2) de l’Europe des 15. Le choix du mode de transport est le facteur prépondérant en matière d’émissions totales de GES lors d’un séjour touristique. À titre d’exemple, un trajet longue distance émet en moyenne, par voyageur, 13 fois plus de GES s’il est réalisé en avion plutôt qu’en train, 10 fois plus en voiture plutôt qu’en train (le taux moyen d’occupation des véhicules, d’une part, les modes de production de l’énergie employée, d’autre part, entrent en considération).

Les infrastructures de transport exercent de multiples pressions sur les milieux naturels : accentuation des phénomènes de ruissellement, disparition/dégradation de zones humides et de leur rôle tampon, apports de polluants au milieu naturel, fragmentation des espaces naturels.

Les tensions sur le pouvoir d’achat des Français induisent des évolutions des comportements : changer de destination (partir en France, choisir une destination plus proche de son domicile par ex.), écourter la durée du séjour, recourir à « l’achat malin » (vols « low-cost », etc.). Fait marquant en 2010, le choix de destinations plus proches du domicile, prisé jusqu’alors par les classes moyennes, commence à attirer les groupes plus aisés chez qui la crise contribue à faire émerger des pratiques touristiques plus soucieuses de l’environnement. D’autres travaux ont établi que les catégories aisées manifestent une sensibilité particulière aux questions environnementales (source : Crédoc).

Méthodologie/Sources de données sur les déplacements
L’enquête Suivi de la demande touristique (SDT)
réalisée par la direction générale de la compétitivité de l’industrie et des services (DGCIS) permet de suivre l’évolution des comportements touristiques des résidents en France. Cette enquête mensuelle est réalisée par voie postale auprès d’un panel de 20 000 personnes, âgées de 15 ans et plus, représentatif de la population résidente. L’enquête SDT a fait l’objet de plusieurs modifications (collecte, questionnaire) au cours des années 2007 et 2008, ce qui a entraîné une rupture de série dans le niveau des voyages et des nuitées. Les données ont été rétropolées à partir de 2005.

Enquêtes Vacances de l’Insee : enquête de conjoncture réalisée auprès des ménages avant 1995, puis enquêtes permanentes sur les conditions de vie.
Champ de l’enquête : toutes personnes, françaises et étrangères, vivant en France métropolitaine, dans un ménage ordinaire.

L’enquête Conditions de vie et aspirations des Français conduite par le Crédoc depuis 1978 est réalisée deux fois par an, auprès d’un échantillon de 2 000 personnes de plus de 18 ans (méthode « des quotas »).

L’enquête auprès des visiteurs venant de l’étranger (EVE) réalisée par la DGCIS et la Banque de France permet de suivre les comportements touristiques sur le territoire français des personnes résidant à l’étranger et les dépenses associées. L’enquête est réalisée auprès des visiteurs à leur sortie du territoire métropolitain. 80 000 questionnaires sont collectés chaque année.

Voir aussi…

•    http://www.entreprises.gouv.fr/tourisme - Rubrique Statistiques et études économiques
•    http://ec.europa.eu/DocsRoom/documents/3683/
•    http://www.credoc.fr/departements/conso.php


Mis à jour le  8/06/2015

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/