Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Risques naturels et technologiques

Risques naturels

13 articles

Les événements naturels dommageables

Depuis le début du XXe siècle, plus d’une centaine d’évènements très graves se sont produits en France. La plupart sont dus aux inondations, viennent ensuite les cyclones et les tempêtes, les mouvements de terrain, les séismes et les avalanches. Les autres aléas (feux de forêt, vagues de chaleur, éruptions volcaniques, raz de marée) n’ont donné lieu qu’à de très rares événements de ce type. Les catastrophes les plus meurtrières depuis le début du XXe siècle sont les deux éruptions volcaniques de la montagne Pelée en 1902 (28 000 et 1 000 morts) et la
 vague de chaleur de l’été 2003 (surmortalité de 15 000 décès).

Échelle française de gravité des événements naturels dommageables

Classe de gravité Dommages humains Dommages matériels
0 : incident Aucun blessé Moins de 0,3 millions d'euros
1 : accident 1 ou plusieurs blessés Entre 0,3 et 3 millions d'euros
2 : accident grave 1 à 9 morts Entre 3 et 30 millions d'euros
3 : accident très grave 10 à 99 morts Entre 30 et 300 millions d'euros
4 : catastrophe 100 à 999 morts Entre 300 millions et 3 milliards d'euros
5 : catastrophe majeure 1 000 morts ou plus 3 milliards d'euros ou plus

Note : les dommages matériels sont évalués chaque année en euros courants.
Source :
Mission d’inspection spécialisée de l’environnement, 1999


117 événements ont été recensés entre 1950 et 2012. Ces évènements concernent a minima des accidents très graves, c’est-à-dire ayant entraîné la mort d’au moins 10 personnes ou généré au moins 30 M€ de dommages matériels. Il s’agit principalement d’inondations, puisqu’elles représentent les deux tiers des événements naturels très graves survenus en France de 1950 à 2012. Leur fréquence moyenne est d’une inondation par an sur cette période. Cependant, depuis 1992, la fréquence de survenue des inondations très graves est de 3 événements par an. L’année 2008 a été marquée par de nombreux épisodes de pluies fortes et/ou orageuses provoquant des crues soudaines et trois submersions marines (Bretagne, Corse, Provence – Alpes – Côte d’Azur) provoquées par des forts coefficients de marée conjugués à une forte houle. Au final, deux cinquièmes de l’ensemble de ces événements se sont produits au cours de la dernière décennie, dont 42 sont des inondations très graves à catastrophiques.



Cette recrudescence des inondations dommageables s’explique principalement par l’accroissement de l’urbanisation dans les zones inondables et donc des enjeux socio-économiques susceptibles d’être affectés lors des événements. Le risque d’inondation couvre ainsi plus de la moitié du territoire, plus de 20 000 communes étant exposées. Le littoral est de surcroît concerné par la submersion marine et l’érosion côtière, dans un contexte démographique et d’artificialisation des sols en constante augmentation.

Cependant, la répartition des événements dommageables entre 1900 et 2012 ne reflète pas l’ampleur des risques. En raison des dommages considérables qu’elles occasionneraient, des inondations centennales de la Loire ou de la Seine, ou un séisme dans la région niçoise font également partie des catastrophes les plus à craindre. Un nombre important de personnes, de services sensibles (production d’eau potable, fonctionnement des établissements sanitaires et sociaux, etc.) et d’échanges (distribution d’énergie, transports, communication, etc.) pourraient être touchés, entravant la vie économique en France pour une durée indéterminée. En outre, la France est exposée à d’autres risques naturels moins fréquents, mais pouvant être extrêmement dommageables, comme les séismes, les éruptions volcaniques ou les cyclones, notamment aux Antilles où ils pourraient être très meurtriers.

À l’échelle européenne, la France métropolitaine est le 2e pays d’Europe le plus touché par des catastrophes naturelles, après l’Allemagne. Alors que l’Italie et la Grèce sont très exposées aux séismes (plus de 29 événements recensés entre 1900 et 2012 pour chacun de ces pays), la France métropolitaine comme l’Allemagne et la Roumanie sont les pays d’Europe les plus fréquemment touchés par des inondations, avec plus de 40 catastrophes survenues sur la même période.

Note : catastrophes ayant fait plus de 9 morts ou touché plus de 99 personnes ou ayant fait l’objet d’une déclaration d’état d’urgence ou d’un appel à l’aide internationale. Autres : vague de froid, vague de chaleur, avalanches, sécheresse, épidémies, éruption volcanique, raz de marée.

 

Voir aussi…

  • http://afpcn.org/ (Association française pour la prévention des catastrophes naturelles)
  • http://www.emdat.be (The International disaster database, Centre for research on the epidemiology of disasters)
  • www.ffsa.fr (Fédération française des sociétés d’assurances)
  • http://www.georisques.gouv.fr/ (portail Géorisques du ministère du Développement durable : mieux connaître les risques sur le territoire)
    Rubrique > Accueil > Connaître les risques près de chez moi
  • http://macommune.prim.net/gaspar/ (base de données Gaspar - gestion assistée des procédures administratives relatives aux risques naturels et technologiques de la DGPR)
  • www.prim.net (portail de la prévention des risques majeurs)

Mis à jour le 11/12/2014

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/