Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Risques naturels et technologiques

Risques naturels

13 articles

Le retrait gonflement des argiles

Le phénomène de retrait-gonflement des argiles survient en présence de terrains argileux renfermant des argiles dites « gonflantes » et en situation d’alternance de période de sécheresse de forte intensité et de période humide. Le retrait-gonflement des argiles provoque des dégâts sur la structure des bâtiments (fissuration des murs et du sol), mais ne constitue pas de risque majeur pour la population.

Le retrait-gonflement des argiles a conduit à prendre 19 000 arrêtés de catastrophe naturelle entre 1982 et 2013 en France métropolitaine. En 2003, ce phénomène consécutif à la sécheresse a entrainé des fissures sur plus de 100 000 bâtiments sur l’ensemble de la métropole, conduisant à une indemnisation totale de 1,2 milliards d’euros par les assurances. Des défauts structurels surviennent sur les bâtiments, en raison de la non-prise en compte de dispositions constructives, notamment en termes de profondeur minimale de fondations, lors de l’édification des bâtiments dans les zones soumises aux aléas retrait-gonflement des argiles. Depuis 1989, date d’intégration des mouvements de terrain dus au retrait-gonflement des argiles dans le régime catastrophe naturelle, le coût des dommages consécutifs à ce phénomène constitue le deuxième poste d’indemnisation du régime après les inondations. Ils représentent environ 31 % des charges totales supportées sur la période 1989-2011 (Fédération française des sociétés d’assurances).

La région Centre (2 203 km²), la région Poitou-Charentes (1 614 km²) et l’Auvergne (1 081 km²) comptent les plus grandes surfaces classées en aléa fort de retrait-gonflement des argiles. Entre 8 % et 14 % de la surface des départements d’Indre-et-Loire, de la Vienne et du Puy-de-Dôme sont, en effet, classés dans cette catégorie. La nature des roches et des minéraux argileux en cause expliquent cette forte sensibilité. C’est le cas par exemple des argiles, marnes et calcaires de l’Oligocène en Limagne et dans le Val d’Allier, particulièrement riches en argiles gonflantes.

Voir aussi...

  • www.argiles.fr (site du BRGM sur les aléas retrait-gonflement des argiles)
  • http://www.georisques.gouv.fr/ (portail Géorisques du ministère du Développement durable : mieux connaître les risques sur le territoire)
    Rubrique Accueil > Dossiers thématiques > Aléa retrait-gonflement des argiles
  • http://www.onrn.fr/ (Observatoire national des risques naturels – ONRN)
    Rubrique Accueil > Informations thématiques > Indicateurs ONRN  > accéder à la carte interactive > Sécheresse
  • http://macommune.prim.net/gaspar/ (base de données Gaspar de la DGPR)

Mis à jour le  9/12/2014

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/