Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Risques naturels et technologiques

Risques naturels

13 articles

Les tempêtes

Lorsque deux masses d'air différentes en termes de température et de teneur en eau s’affrontent le  long d’un front dépressionnaire, elles peuvent générer des vents violents, voire des tempêtes au-delà de 89 km/h. Ce seuil correspond au degré 10 de l'échelle de Beaufort, qui permet de classifier les vents en fonction de leurs effets sur l'environnement selon douze degrés.

Il est particulièrement difficile de se protéger contre le vent. En effet, une tempête peut survenir à peu près partout sur le territoire et s'étendre sur une surface gigantesque, comme ce fut le cas en décembre 1999, lorsque les tempêtes Lothar et Martin ont balayé une grande partie de l'Europe d'ouest en est.

Les tempêtes peuvent conduire à de très nombreux décès et à des dommages considérables. Les « catastrophes naturelles » dues aux tempêtes se concentrent particulièrement dans l’ouest de la France, en Bretagne, en Basse-Normandie et en Aquitaine, rivages par où arrivent les grandes tempêtes atlantiques hivernales.

Les départements d’outre-mer hors Guyane (Guadeloupe, Martinique, Mayotte, Réunion), la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie sont quant à eux, exposés aux cyclones. Le caractère particulièrement destructeur des phénomènes cycloniques découle de la conjonction de différents phénomènes. Tout d’abord, les rafales de vents peuvent atteindre des vitesses de l'ordre de 350 km/h. Ensuite, des précipitations très abondantes peuvent générer des inondations, des glissements de terrain et des coulées de boues. Une surélévation anormale et temporaire du niveau de la mer peut avoir des conséquences particulièrement graves pour les enjeux présents sur le littoral. Enfin, la houle cyclonique représente également un danger pour les zones côtières, car les vagues de plusieurs mètres de haut générées par le vent, peuvent être observées jusqu'à 1 000 km à l'avant du système cyclonique.


Sur le littoral, une tempête associée à un fort coefficient de marée peut conduire, en plus des dégâts liés au vent, à des submersions, comme ce fut le cas lors des tempêtes Lothar et Martin en 1999 et lors de la tempête Xynthia en 2010. Cette dernière a été à l’origine d’une submersion marine dévastatrice dans la nuit du 27 au 28 février 2010. La surcote engendrée par son passage a été exceptionnelle malgré un coefficient de marée modéré. D’après le Service hydrographique et océanographique de la marine, les niveaux d’eau observés dans les ports de La Rochelle ou des Sables-d’Olonne étaient supérieurs aux niveaux extrêmes observés en moyenne une fois par siècle. Cette submersion est née de la conjonction entre une marée de coefficient modéré et d’une surcote météorologique due à la tempête et aux très basses pressions atmosphériques.

Des relevés effectués par le BRGM appuyé par l’ONF ont montré un recul moyen des cordons dunaires de 3 à 5 m avec un maximum de 22 m sur l’île de Ré. Les dunes ont globalement joué leur rôle de protection. Quelques-unes ont tout de même cédé, la principale à proximité de La Faute-sur-Mer. Les digues et autres ouvrages de protection ont parfois été submergés par les paquets de mer. Beaucoup ont été abîmés par la formation de brèches ou de renards hydrauliques (érosion interne de l’ouvrage).



Suite à cette tempête, 1 553 communes ont été reconnues en état de catastrophe naturelle et 470 000 sinistres ont été déclarés (source : FFSA). L’événement a fait 53 victimes et 79 blessés dans les départements de la Vendée et de Charente-Maritime. Les dommages aux biens des particuliers et des entreprises se sont élevés à 2,5 milliards d’euros, auxquels il convient d’ajouter les dommages indirects (perte économie locale, tourisme). Cette catastrophe, ainsi que les inondations survenues dans le Var le 15 juin 2010 faisant 23 victimes, sont à l’origine du plan submersions rapides.

Voir aussi…

  • http://www.developpement-durable.gouv.fr/ (ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie)
    Accueil du site > Prévention des risques > Risques naturels
    et ouvrages hydrauliques > La gestion des risques d’inondation > Le plan submersions rapides (PSR) pour augmenter la sécurité des populations > Le plan Submersions Rapides
  • www.prim.net (portail de la prévention des risques majeurs)
    Rubrique > Accueil > Le risque tempête
    Rubrique > Accueil > Le risque cyclonique
  • http://www.meteofrance.fr/ (Météo France)
    Rubrique > Accueil > Prévoir le temps > Phénomènes météo > Les tempêtes
    Rubrique > Accueil > Prévoir le temps > Phénomènes météo > Les cyclones
    Rubrique > Accueil > Vigilance météo : phénomènes dangereux
  • www.onml.fr (Observatoire national de la mer et du littoral – ONML)
    Rubrique > Accueil > Fiches > Fiche “Arrêtés de catastrophe naturelle dans les communes littorales“
    Rubrique > Accueil > Thèmes d'études > Risques et changement climatique > Les risques

 

 

Mis à jour le  9/12/2014

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/