Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

Éco-activités

4 articles

L'emploi dans les éco-activités

En 2013, les éco-activités emploient 442 400 personnes en « équivalent temps plein ». Les effectifs ont légèrement diminué entre 2012 et 2013 : - 0,3 % contre - 0,2 % dans l’ensemble de l’économie.

Évolution de l'emploi dans les éco-activités

Cette légère diminution s’explique principalement par la baisse de l’emploi dans le domaine des énergies renouvelables. La croissance des effectifs dans le secteur de l’agriculture biologique, domaine des éco-activités pour lequel la croissance a été la plus forte en 2013 a atténué la baisse globale.

En effet, les conversions à l’agriculture biologique permettent, encore en 2013, d’employer davantage de personnes par rapport à l’année précédente. Les exploitations engagées en agriculture biologique représentent chaque année une part plus importante de la surface agricole utile, même si leur nombre croît à un rythme un peu plus faible en 2013 (+ 4,3 % contre + 5,6 % en 2012). Les producteurs convertis ont principalement pour activités les grandes cultures, l’élevage bovin allaitant ou l’élevage de volailles.

Article associé : l’agriculture biologique

Le domaine des énergies renouvelables est celui qui perd le plus d’emploi (- 8,7 %) en 2013, malgré le fait que la production et la vente d’énergies d’origine renouvelable continuent de progresser, notamment dans l’hydraulique. Il convient de noter toutefois que le secteur de l’énergie hydraulique est peu créateur d’emploi du fait qu’il repose sur les investissements passés.

La baisse du nombre d’emploi dans le secteur des énergies renouvelables s’explique principalement par la diminution du nombre d’installations de systèmes photovoltaïques, ce qui affecte les domaines des travaux publics, de la construction et de la fabrication d’équipements. La perte totale en emploi est estimée à plus de 6 000 ETP. Durant l’année 2013, la puissance globale des nouvelles installations s’élève à 650 mégawatts (MW), contre 1 115 MW raccordés en 2012. Après deux années de baisse, un rebond s’observe en 2014 avec une puissance installée qui devrait s’inscrire légèrement en deçà de 1 000 MW.

 

L’emploi environnemental par domaine et par type d’activité en 2013

 

Méthodologie

Sources de données mobilisées pour quantifier les éco-activités

Enquêtes annuelles de production (EAP), élaboration des statistiques annuelles d'entreprises (Esane), comptes nationaux et enquête annuelle sur les investissements de l’industrie pour protéger l’environnement (Antipol) de l’Insee ; comptes de la dépense de protection de l’environnement du SOeS, déclaration annuelle des rejets (Gerep), données des douanes, données de la DGFiP, données des fédérations professionnelles (Federec, FNTP...).

Pour le domaine des énergies renouvelables, la production par produits (photovoltaïque, éolien, pompes à chaleur, solaire thermique...) provient des bilans annuels du SOeS ainsi que des études de l’Ademe sur les marchés liés à la maîtrise de l’énergie et au développement des énergies renouvelables.


Millésimes

Les données présentées dans cette rubrique sont les estimations provisoires (emploi, valeur ajoutée, production) et définitives (commerce extérieur) pour l’année 2013.

Les séries de l’année N sont provisoires en mars N + 2 (publication du Chiffres & statistiques), puis semi-définitives en décembre N + 2 avec l’introduction des sources Esane et des comptes de dépenses de protection de l’environnement, puis définitives en mars N + 3 avec l’introduction des résultats définitifs des enquêtes annuelles de production (EAP).

L’emploi et la valeur ajoutée sont estimés à partir de la valeur de la production car les données ne sont pas directement disponibles.


Estimation de l’emploi

A chaque type de biens et de services est associée une valeur de la production ou, à défaut, du chiffre d’affaires réalisé au niveau national. L’estimation du nombre d’emplois s’effectue en appliquant un ratio de productivité [production / emploi], tiré des statistiques structurelles d’entreprises ou des comptes de la nation.

Les comptes nationaux changent de base : les agrégats macroéconomiques sont modifiés pour mettre en œuvre la nouvelle version du système européen de comptes, le SEC 2010. Les comptes nationaux sont utilisés principalement pour le calcul d’estimations de production et de valeur ajoutée lorsque les autres sources ne sont pas disponibles lors de la confection du compte provisoire.


Voir aussi

Mis à jour le 13/11/2015

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/