Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de l’Environnement,
de l’Énergie et de la Mer

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Métiers de l'économie verte

Le marché du travail

4 articles

Méthodologie

Le périmètre des métiers de l’économie verte
Selon les travaux de l’Observatoire national des emplois et métiers de l’économie verte (Onemev), le périmètre des métiers de l’économie verte est constitué de deux ensembles :

- les métiers verts : « métiers dont la finalité et les compétences mises en œuvre contribuent à mesurer, prévenir, maîtriser, corriger les impacts négatifs et les dommages sur l’environnement ». Les métiers verts regroupent des métiers liés à l’entretien des espaces naturels, à la protection du patrimoine naturel, à l’hygiène-sécurité-environnement, à l’assainissement, aux déchets, au nettoyage des espaces urbains.

- les métiers verdissants : « métiers dont la finalité n’est pas environnementale, mais qui intègrent de nouvelles « briques de compétence » pour prendre en compte de façon significative et quantifiable la dimension environnementale dans le geste métier ». Les métiers verdissants relèvent de domaines aussi variés que le bâtiment, les transports, l’industrie, la recherche, le tourisme et l’animation, l’entretien des espaces verts, l’agriculture-sylviculture, les achats, etc. Ce « verdissement » s’exerce néanmoins à des degrés divers, au sein d’une même profession mais également entre métiers. On parlera alors de métiers potentiellement verdissants.
 
Sur la base de ces définitions, l’Onemev a d’abord identifié ces métiers, à dire d’experts, à l’aide du répertoire opérationnel des métiers et des emplois (Rome) géré par Pôle emploi. De 2010 à 2014, la liste des métiers de l’économie verte distinguait 11 codes Rome verts et 47 verdissants dans le Rome V3. Depuis 2015, cette liste a évolué pour tenir compte des avis des représentants des branches professionnelles. Désormais, 10 codes Rome verts et 52 verdissants définissent les métiers de l’économie verte. Les données 2010-2014 relatives aux offres et demandes d’emploi ont ainsi été revues pour tenir compte de cette évolution.


Le chiffrage des offres et demandes d’emploi

Les offres d’emploi considérées sont celles déposées par les employeurs auprès de Pôle emploi. Les offres comptabilisées ici correspondent à la somme des offres enregistrées sur les 12 mois de l’année de référence.

Les demandeurs d’emploi en fin de mois (DEFM) correspondent aux personnes inscrites sur les listes de Pôle emploi en fin de mois. Pour l’analyse, le nombre de DEFM est comptabilisé en moyenne annuelle d'emploi en fin de mois des 13 mois compris entre décembre de l’année n-1 et décembre de l’année n. Les demandeurs d’emploi sont classés par catégories (A, B, C, D et E). Pour le suivi statistique des demandeurs d’emploi, les catégories A, B et C ont ici été retenues. La catégorie A regroupe les demandeurs d'emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi, sans emploi. Les catégories B et C représentent les demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite courte pour la catégorie B (i.e. de 78 heures ou moins au cours du mois) ou une activité réduite longue pour la catégorie C (i.e. de plus de 78 heures au cours du mois).

Le calcul des offres d’emploi correspond à une logique de flux ; celui des demandeurs d’emploi à une logique de stock. Ces deux indicateurs ne sont pas directement comparables.

Le Rome, référentiel pour les offres et demandes d’emploi
Le Rome présente l’ensemble des métiers regroupés en 531 fiches, organisées par domaines professionnels (une centaine). Chaque code Rome comprend des appellations de métiers plus détaillés qui correspondent aux intitulés de métiers les plus représentatifs de l’emploi/métier et les plus couramment utilisés par les employeurs et/ou les demandeurs d’emploi (plus de 11  000 appellations sont recensées). Le Rome a un objectif opérationnel permettant aux demandeurs d’emplois de s’inscrire sur le métier qu’ils recherchent et aux entreprises de déposer des offres sur un même référentiel-métier auprès de Pôle emploi.

Depuis le 14 décembre 2009, Pôle emploi utilise le référentiel Rome dans sa troisième version (V3) pour définir et caractériser les offres et demandes d’emploi.

Les sources de données
Les données relatives aux offres et demandes d’emploi sont issues de la statistique mensuelle du marché du travail (STMT), Dares-Pôle emploi.

Avertissement
Le champ d’analyse des offres d’emploi portant sur les métiers de l’économie verte est restreint aux données de Pôle emploi. Il ne couvre pas de manière uniforme tous les secteurs d’activité, ni tous les niveaux de qualification. D’autres canaux sont également utilisés, et tous les recrutements ne font pas l’objet d’un dépôt d’offre (candidature spontanée, réseau personnel, professionnel…). Ceci peut induire une sous-estimation, plus ou moins importante mais difficile à estimer, du nombre d’offres d’emploi selon les catégories de métiers analysées.

De plus, le nombre d’offres et de demandes pris en compte concerne le code Rome dans sa totalité, sans distinguer la caractéristique des appellations le constituant (vertes, verdissantes ou faiblement impactées).

Mis à jour le 20/10/2016

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/