Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Environnement et développement durable

Inégalités sociales du logement

1 article

Inégalités sociales du logement

Les inégalités sociales du logement peuvent être mesurées grâce à plusieurs indicateurs :

•    Le taux d'effort est égal au rapport entre la dépense de logement d'un ménage et son revenu sur un an. La dépense de logement comprend ici les loyers réels ou remboursements d’emprunts, les charges et les dépenses d’eau et d’énergie ainsi que la taxe d’habitation et la taxe foncière, les travaux d’investissement n’étant pas pris en compte. Le taux d’effort médian correspond à la valeur pour laquelle la moitié des ménages ont un taux d’effort inférieur et la moitié ont un taux supérieur. Le taux d’effort financier est égal au rapport entre les charges financières relatives au logement (loyers acquittés pour le locataire ou remboursements d’emprunts pour le propriétaire, qui incluent le capital et les intérêts) et le revenu du ménage. Le taux d'effort est dit « net » si l'aide au logement perçue par le ménage est défalquée du coût lié au logement et « brut » dans le cas contraire (sachant que le revenu utilisé pour le calcul de ces deux taux est le même et qu’il inclut l’aide au logement).
•    Le niveau de vie est égal au revenu disponible du ménage divisé par le nombre d’unités de consommation. Les unités de consommation (UC) sont calculées selon l’échelle d’équivalence dite de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) modifiée, qui attribue 1 UC au premier adulte du ménage, 0,5 UC aux autres personnes de 14 ans ou plus et 0,3 UC aux enfants de moins de 14 ans. Le niveau de vie est donc le même pour toutes les personnes d’un même ménage. Les quartiles partagent les ménages en quatre groupes d’effectifs égaux. Le premier quartile de niveau de vie est le seuil en dessous duquel se situent les 25 % des ménages ayant le plus faible niveau de vie. Ce premier quart de la population constitue les ménages aux revenus modestes. A l’inverse, les ménages aisés constituent le quatrième quart : ce sont les 25 % des ménages ayant le plus haut niveau de vie.
•    La loi reconnaît la précarité énergétique comme une difficulté à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’habitat. Pour appréhender une situation de précarité énergétique, deux approches sont généralement retenues, l’une objective et l’autre déclarative. La méthode objective consiste à identifier les ménages qui consacrent plus de 10 % de leur revenu disponible à leurs dépenses d’énergie. La seconde méthode s’appuie sur les déclarations des ménages quant à leur capacité à disposer d’une température adéquate dans leur logement.

Mis à jour le 12.08.2015

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/