Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Agriculture

Panorama de l'agriculture

3 articles

Panorama de l’agriculture française

L'essentiel sur... l'environnement

À la sortie de la seconde guerre mondiale, l’Europe dépendait fortement des importations pour nourrir sa population. Elle s’est dotée d’un dispositif pour assurer son approvisionnement en denrées agricoles : la politique agricole commune (PAC), un des piliers du Traité de Rome qui officialise en 1957, la création du marché commun européen.

À l’origine, la PAC avait notamment pour ambition de :
- accroître la productivité de l’agriculture en développant le progrès technique tout en assurant le développement rationnel de la production agricole ainsi qu’un emploi optimum des facteurs de production ;
- assurer un niveau de vie équitable à la population agricole ;
- stabiliser les marchés ;
- garantir la sécurité des approvisionnements ;
- assurer des prix raisonnables dans les livraisons aux consommateurs.

En une vingtaine d’années, l’Europe est devenue autosuffisante en produits laitiers, en viande puis en céréales. Dans les années 1980, l’agriculture européenne croulait sous les stocks.

Le système agricole mis en place (agriculture intensive avec de hauts rendements) a ainsi permis à la France d’être exportatrice de produits agricoles, bien que sa population soit passée de 40 millions d’habitants en 1946 à plus de 65 millions en 2014 (source : Insee).

Depuis la fin des années 1970, la prise de conscience des pressions et des impacts exercés sur l’environnement et la santé par certaines pratiques agricoles s’est peu à peu renforcée.

Ces pressions et impacts de l’agriculture sur l'environnement peuvent être :
- directs en raison de la nature des activités intrinsèques aux sites de production, comme par exemple :
   › l’appauvrissement des sols ;
   › la pollution de l’eau (article associé : eau) ou de l’atmosphère (article associé : air) ;
   › l’appauvrissement de la flore et la faune, notamment les insectes ;
   › les prélèvements d’eau douce (article associé : eau/ressource en eau) ;
   › la production de déchets et d’effluents (article : déchets/déchets des agents économiques) ;
   ›  les émissions de gaz à effet de serre.

- indirects quand ils s’exercent en amont et en aval de la production agricole :
   › en amont, par l’utilisation de produits issus de l'industrie (fabrication des engrais, pesticides, machines agricoles…), par le recours à la branche tertiaire (transport de fournitures…) ;
   › en aval, également par les transports des produits finis et le déséquilibre des écosystèmes (eutrophisation, disparition d’habitats…), par les effets sur la santé des consommateurs (résidus de pesticides dans les aliments…).

Cette prise de conscience a conduit à réorienter la politique agricole européenne. Elle vise maintenant à assurer la sécurité quantitative alimentaire tout en atténuant les pressions exercées par les activités agricoles sur l’environnement. Cette réforme de la politique agricole commune s’appuie notamment sur :
- le renforcement de la conditionnalité environnementale des aides agricoles ;
- la mise en œuvre de la directive cadre sur l'eau (DCE) qui nécessite, pour atteindre les objectifs de "bon état écologique" des masses d'eau, des actions telles que la mise en place de programme visant à limiter l'utilisation des intrants.

Parallèlement, la mise en œuvre de démarches professionnelles axées sur une agriculture raisonnée et durable, la recherche et le développement de technologies de pointe permet de mieux cibler et ajuster les apports en intrants par exemple.

Parmi les approches globales les plus emblématiques figure l’agriculture biologique, une des alternatives à l’agriculture intensive. Plus récemment, fin 2012, un projet global d’agro-écologie a été lancé par le ministère de l’agriculture. Ce projet vise à concevoir des systèmes de production s’appuyant sur les fonctionnalités offertes par les écosystèmes tout en visant la diminution des pressions sur l’environnement et la préservation des ressources naturelles. Il s’agit d’utiliser au maximum la nature comme facteur de production en maintenant ses capacités de renouvellement.  Ce projet est décliné en différents programmes comme par exemple le plan Écophyto et la mise en œuvre d’un réseau de fermes expérimentales (réseau Déphy).

Pour mieux comprendre

Nitrates et autres macropolluants dans les eaux

Les pesticides dans les eaux

Les sols au cœur des grands enjeux environnementaux

Les pesticides dans l’atmosphère

La pollution de l’air par les particules

Voir aussi…

http://agriculture.gouv.fr/Toute-l-agro-ecologie-en-un-clic (Site du ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt : 10 clés pour comprendre l’agro-écologie)

www.agencebio.org (Site de l’Agence française pour le développement et la promotion de l'agriculture biologique dite Agence bio)
http://agriculture.gouv.fr/espace-pro (ministère en charge de l’agriculture : l'agriculture, l'agroalimentaire et la forêt en infographies)

Mis à jour le 01.06.2015

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/