Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Datalab

Bilan énergétique de la France pour 2016

Bilan énergétique de la France pour 2016

Datalab n° 30 - Mars 2018

Même s’il reste à un niveau historiquement élevé, le taux d’indépendance énergétique de la France métropolitaine baisse de deux points en 2016. En effet, la production primaire baisse de 4,8 % en raison d’arrêts prolongés de centrales nucléaires, tandis que la consommation primaire décroît plus modérément de 1,6 %. Compte tenu des températures moins douces en 2016 qu’en 2015, la baisse de la consommation primaire corrigée des variations climatiques atteint même 3,2 %. Elle trouve son origine à la fois dans la diminution des pertes de transformation (liée à celle de la production nucléaire) et dans celle de la consommation finale. Ainsi, si la consommation se stabilise dans les transports, elle baisse légèrement dans le résidentiel et, de manière plus marquée, dans l’industrie et le tertiaire à climat constant. La facture énergétique des ménages, malgré la hausse de leur consommation réelle, reste stable grâce à la baisse des prix du gaz et des produits pétroliers et au ralentissement de celui de l’électricité.
La consommation d’énergie primaire des départements d’outre-mer (DOM) s’élève à 3,6 Mtep, en hausse de 0,5 %.


 

Energy balance, France 2016

While still at a historically high level, the energy independence of metropolitan France fell by two points in 2016. In fact, primary production fell by 4.8 % due to prolonged shutdowns of nuclear power plants, while primary consumption fell more moderately by 1.6 %. Given the that temperatures were milder in 2016 than in 2015, the decline in primary consumption corrected for climate variations was 3.2 %. This was due both to the reduction of transformation losses (linked to nuclear production) and the reduction in end- use consumption. Thus, while consumption stabilized in transport, it fell slightly in the residential sector and, more markedly, in industry and in services with a constant climate. Household energy bills, despite the increase in real consumption, remained stable due to lower prices for gas and oil-based products and a slowdown in the price of electricity. The primary energy consumption of the overseas departments (DOM) was 3.6 Mtoe, up 0.5 %.

Mis à jour le 08/03/2018

> Retour liste des publications

Rechercher une publication

Espace documentaire

Retrouver ici les publications antérieures à 2000

Accéder aux archives

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/