Derniers résultats

6,3 millions de véhicules utilitaires légers en circulation au 1er janvier 2022

Transports
Publié le 03/01/2023
Au 1er janvier 2022, 6,3 millions de véhicules utilitaires légers (VUL) sont en circulation en France. Ce sont essentiellement des camionnettes (77,5 % du parc). La part du diesel dans le parc des VUL est prédominante (95,0 %). Plus de la moitié de ce parc (54,3 %) relève de la vignette Crit’Air 2. Les utilisateurs de VUL sont à 47,5 % des particuliers.

Plus 50 % des VUL en circulation a moins de 10 ans

Au 1er janvier 2022, le parc roulant de véhicules utilitaires légers (VUL) s’élève à 6,3 millions. Il reste stable depuis 2020. 55 % des VUL en circulation ont moins de 10 ans tandis que 12,4 % sont âgés de 20 ans et plus.

 

Évolution du parc des véhicules utilitaires légers
En milliers

Année 2017 2018 2019 2020 2021 2022

Total

6 080,2

6 231,7

6 306,0

6 266,0

6 257,4

6 279,1

dont gazole

5 802,1

5 953,2

6 024,6

5 983,8

5 970,0

5 962,2

dont essence

233,6

228,8

224,9

218,2

213,1

224,4

Source : SDES, Rsvero, données provisoires

 

Répartition du parc de VUL par âge au 1er janvier 2022
En %

_ - © SDES

Source : SDES, Rsvero, données provisoires

 

Les VUL regroupent des types de carrosseries différents : les camionnettes sont de loin les plus nombreuses (77,5 % du parc), suivies par les utilitaires dérivés de voitures particulières (voitures sans place assise à l’arrière) qui en représentent 12,6 %.

 

Répartition du parc de VUL par type de carrosserie au 1er janvier 2022
En %

_ - © SDES

Source : SDES, Rsvero, données provisoires

Des VUL presque exclusivement diesel

95 % du parc roulant de VUL est équipé d’une motorisation diesel. L’essence représente 3,6 % du parc et les autres motorisations (électrique, gaz…), 1,4 %. En 2011, le diesel représentait 93,1 % du parc et l’essence, 6,0 %. La diversification des motorisations semble se faire au détriment des VUL à essence et non des diesels.

54,3 % des VUL éligibles à la vignette Crit’Air 2

Bien que tous les VUL ne soient pas encore équipés de vignettes Crit’Air, les éléments inscrits sur le certificat d’immatriculation déterminent à quelle vignette un véhicule est éligible.

Au 1er janvier 2022, ce sont les VUL éligibles à la vignette Crit’Air 2 qui sont les plus nombreux (54,3 %), suivis des Crit’Air 3 (20,3 %).

Les VUL les plus polluants, éligibles aux vignettes Crit’Air 4 ou 5 ou non éligibles à une vignette, représentent 22,3 % du parc au 1er janvier 2022, contre 24,5 % un an auparavant.

Seuls 3,0% des VUL sont classés Crit’Air E ou 1.

 

Répartition du parc de VUL par vignette Crit’Air au 1er janvier 2022
En %

_ - © SDES

Source : SDES, Rsvero, données provisoires

Près de la moitié des utilisateurs de VUL sont des particuliers

Les utilisateurs de VUL sont à 47,5 % des particuliers. Parmi les utilisateurs professionnels des VUL (52,5 % du parc), 26,9 % travaillent dans le secteur de la construction et 14,5 % dans celui du commerce.

Les entreprises du secteur des transports détiennent uniquement 4,7 % du parc des VUL utilisés pour un usage professionnel.

 

Répartition du parc de VUL selon le secteur d’activité de l’utilisateur, au 1er janvier 2022
En %

_ - © SDES

Source : SDES, Rsvero, données provisoires

Auteur : Olivier DIDOU, SDES

Méthodologie

Un véhicule est considéré dans le parc en circulation, s’il vérifie les conditions suivantes :

  • Le véhicule a été immatriculé au SIV avant le 1er janvier de l’année N ;
  • Aucune opération de sortie de parc n’a été déclarée à l’ANTS : destruction, vente ou déménagement à l’étranger, véhicule accidenté, véhicule en attente de vente chez un concessionnaire ;
  • Le véhicule est à jour de son contrôle technique ou en retard modéré : compte tenu du fait qu’un grand nombre de véhicules passent leurs contrôles techniques en retard, un véhicule qui n’est pas strictement à jour de son contrôle technique au 31 décembre de l’année N, mais qui finalement passe son contrôle technique avec un retard statistiquement modéré (18 mois) présente une très forte présomption d’être en circulation au 31 décembre. Il est ainsi décompté dans le parc au 31 décembre. Pour l’année 2022, pour les véhicules en retard de leur contrôle technique au 31 décembre 2021 on applique un coefficient traduisant la probabilité que le véhicule passe un contrôle technique avec un retard inférieur à l'hypothèse retenue pour le considérer en circulation.
     

Données

_

Aller plus loin