Derniers résultats

Bilan de la circulation en 2020

Transports
Publié le 23/12/2021
En 2020, dans le contexte des restrictions de déplacements liées à la pandémie, la circulation sur le réseau routier de France métropolitaine chute de 16,9 % et atteint 511,2 milliards de véhicules-kilomètres. La baisse est plus marquée pour les véhicules légers, principalement les voitures, que pour les véhicules lourds. Une voiture immatriculée en France métropolitaine a roulé en moyenne 9 900 kilomètres dans l’année, et un véhicule utilitaire léger 12 800 kilomètres. Ces distances moyennes étaient respectivement de 11 900 kilomètres et 14 000 kilomètres en 2019. Les véhicules lourds roulent davantage : 41 500 kilomètres en moyenne pour les poids lourds en 2020 et 25 900 pour les autobus et autocars. La circulation des voitures et VUL étrangers chute de 31,5 % et leur part dans la circulation intérieure se replie à 4,5 % en 2020 contre 5,3 % en 2019.

Ces résultats sont extraits du Bilan annuel des transports en 2020.

Méthodologie

Rebasement du bilan de la circulation

Les données présentées sont issues du bilan de la circulation 2019. En 2020, le bilan de la circulation a été partiellement « rebasé ». Il s’appuie, à présent, principalement sur le nouveau répertoire des véhicules routiers du SDES (RSVERO), qui combine les informations des certificats d’immatriculation et celles des contrôles techniques. Ce nouveau dispositif apporte une connaissance très fine et nouvelle du parc roulant. Il permet une meilleure estimation des kilométrages parcourus, et ce, pour chaque type de véhicule routier (hors deux roues, qui ne font pas l’objet de contrôles techniques). Il a conduit à réévaluer les parcs roulants à la hausse notamment par une meilleure prise en compte des véhicules les plus anciens.  
En s’appuyant sur cette nouvelle source d’informations, la circulation routière totale est ainsi révisée à la hausse de 2,7 % pour l’année 2018, soit 623 Md de véh-kilomètres (contre 606 Md dans l’ancienne base).
Les données disponibles dans cet article correspondent aux années 2012-2019 et ont été calculées en nouvelle base selon la même méthodologie. Les données des années antérieures publiées précédemment ne sont pas directement comparables. Elles seront ré-estimées ultérieurement en nouvelle base et devraient être disponibles en 2021.

 

Définitions

Parc roulant : un véhicule est réputé en circulation s’il est en règle vis-à-vis du contrôle technique et si aucune opération n’a été enregistrée sur le certificat d’immatriculation indiquant une sortie de parc : destruction, vente ou déménagement à l’étranger, déclaration de véhicule endommagé à la suite d’un accident, déclaration de vol ou vente à un professionnel du commerce automobile. Une sortie du parc en circulation n’est pas forcément définitive, à l’exception de la destruction d’un véhicule. Une part non négligeable de véhicules passe leur contrôle technique avec retard. Pour en tenir compte, un véhicule passant un contrôle technique avec moins d’un an de retard est considéré comme ayant circulé durant cette période. Pour mesurer le parc en 2019, les retardataires ne seront connus que fin 2020. Pour pallier ce défaut, on applique aux véhicules qui, en 2019, ont dépassé de moins d’un an la date du contrôle technique, une probabilité qu’ils passent un contrôle technique en 2019. Cette probabilité est calculée à partir de la proportion de voitures en retard de leur contrôle en 2018 et l’ayant finalement passé en 2018.

Parc moyen : les véhicules entrés ou sortis du parc au cours de l’année sont comptabilisés au prorata du temps auquel ils ont appartenu au parc roulant. Par exemple, un véhicule immatriculé le 1er mars 2020 comptera pour 10/12e.

Parcours moyens : moyenne des kilométrages effectués sur l’année par les véhicules appartenant au parc roulant moyen. Les kilométrages sont estimés à partir de l’information relevée au compteur des véhicules lors des contrôles techniques.

Données

Données détaillées au format Excel.

Aller plus loin