Comptes et bilans

Publié le 29/05/2024
Écoquartier fluvial de l’île Saint-Denis - © © Arnaud Bouissou - Terra
Ce dossier regroupe les rapports annuels sur les comptes des transports (CCTN), du logement (CCL) ou de l’environnement, ainsi que le bilan annuel de l’énergie et les bilans sociaux sur le transport routier de marchandises et de voyageurs.
  • Bilan énergétique de la France en 2023 - Données provisoires

    Accroche
    En 2023, la production primaire d’énergie rebondit de 13,3 % en raison d’une meilleure disponibilité des réacteurs nucléaires que l’année précédente. La consommation primaire, qui correspond à la demande intérieure d’énergie, demeure contenue (+ 1,7 %) malgré la hausse des pertes de chaleur associées à la production nucléaire. En effet, la consommation finale d’énergie, après transformation et usages internes de la branche énergie, baisse de 2,6 % dans un contexte de niveau élevé des prix des énergies et de promotion de la sobriété. L’industrie en particulier réduit nettement sa consommation à usage énergétique (- 5,1 %) alors que la production manufacturière est stable. La consommation du résidentiel et du tertiaire baisse également (- 2,5 %), malgré des températures automnales un peu moins clémentes qu’en 2022.

  • Bilan énergétique de la France pour 2022

    Accroche
    En 2022, production et consommation d’énergie primaire diminuent (respectivement - 17,7 % et - 10,2 %) en raison principalement de la chute de la production nucléaire, qui atteint son plus bas niveau depuis 1988, et de températures hivernales clémentes.
    Le taux d’indépendance énergétique, ratio de la consommation et de la production primaires, diminue de 4,6 points, pour s’établir à 50,6 %.
    Le déficit des échanges physiques d’énergie s’accroît de 7,0 %. Pour la première fois depuis 1980, la France est importatrice nette d’électricité.
    La consommation finale à usage énergétique diminue de 4,5 % sur un an à climat réel, mais est quasi stable à climat corrigé (- 0,5 %). Elle diminue dans le résidentiel, le tertiaire et l’industrie mais progresse dans les transports à la faveur de la levée totale des restrictions de circulation liées à la crise sanitaire.

  • Bilan environnemental de la France - Édition 2023

    Accroche
    Les activités humaines exercent de multiples pressions sur l’environnement et diverses actions sont mises en place pour éviter, réduire ou compenser les dommages causés. Les moyens financiers affectés à la protection de l’environnement participent à cet objectif. Si les progrès sont notables dans certains domaines (amélioration de la qualité de l’eau et de l’air par exemple), la situation demeure préoccupante pour d’autres : les émissions de gaz à effet de serre restent élevées même si des améliorations sont constatées, l’artificialisation progresse et la biodiversité continue de disparaître malgré des financements dédiés à ce domaine. Dans le même temps, les préoccupations et les pratiques des Français évoluent vers une plus grande prise de conscience face aux risques liés au changement climatique.

  • Bilan énergétique de la France en 2022 - Synthèse

    Accroche
    En 2022, la production d’énergie primaire de la France chute de 18 % en raison notamment de la faible disponibilité des centrales nucléaires. La consommation primaire d’énergie diminue également (- 10 %) du fait de la moindre production nucléaire, de températures hivernales clémentes et, dans une moindre mesure, d’efforts de sobriété. Corrigée des variations climatiques, la consommation d’énergie finale est quasi stable (- 0,5 %). Elle diminue dans le résidentiel, le tertiaire et l’industrie mais progresse dans les transports. Dans le contexte de la guerre en Ukraine, l’énergie voit ses prix flamber sur les marchés. La mise en place du bouclier tarifaire et des mesures de soutien aux entreprises permet de limiter, sans toutefois totalement l’annuler, la transmission de ces hausses de prix aux consommateurs finaux. Tous secteurs confondus, les prix de l’énergie pour un usage énergétique progressent de 29 % sur un an.

  • Bilan de la qualité de l'air extérieur en France en 2022

    Accroche
    Le bilan de la qualité de l’air extérieur en France en 2022 confirme que la qualité de l’air s’améliore en lien avec la réduction des émissions de polluants. Ces progrès font suite à la mise en oeuvre depuis plusieurs années de stratégies et plans d’action dans différents secteurs d’activité. Toutefois, même si les teneurs en polluants dans l’air baissent, des dépassements de seuils réglementaires de qualité de l’air fixés pour la protection de la santé humaine persistent, en particulier pour l’ozone, le dioxyde d’azote (NO2) et les particules de diamètre inférieur ou égal à 10 μm (PM10). En 2022, quatre agglomérations ne respectent pas les seuils réglementaires de qualité de l’air pour le NO2, deux pour les PM10 et 20 pour l’ozone. Six épisodes de pollution d’ampleur nationale en métropole (trois à l’ozone et trois aux PM10) ont également été observés.

  • Bilan annuel des transports en 2022

    Accroche
    En 2022, la croissance de l’activité économique française est atténuée par les tensions sur les marchés des matières premières qui suivent l’invasion de l’Ukraine et qui affectent tout particulièrement le secteur des transports. Pénalisée par la baisse de la production industrielle, la production des branches utilisatrices de transport ralentit tandis que le rebond des échanges extérieurs de transport, amorcé en 2021, se poursuit. Sous l’effet combiné de la reprise de l’activité et de fortes hausses de prix, notamment de l’énergie, la dépense de transports surpasse largement en 2022 son niveau de 2019 ; de même, le transport intérieur de voyageurs retrouve son allant d’avant-crise, en particulier dans le mode ferroviaire qui atteint un niveau inégalé. L’évolution du transport de marchandises est marquée par la vive croissance du transport maritime.

  • Rapport du compte du logement 2022

    Accroche
    En 2022, dans un contexte de forte hausse des prix, la dépense de l’ensemble des agents économiques dans le domaine du logement progresse de + 3,3 %, après le net rebond en 2021 au sortir de la crise sanitaire (+ 7,3 %), pour s’établir à 581 milliards d’euros.
    L’augmentation de la dépense totale en 2022 est portée par une progression des dépenses courantes (+ 2,7 % par rapport à 2021) aussi bien que de l’investissement en logement (+ 4,9 %). L’activité immobilière, qui s’élève à 439 milliards d’euros, augmente plus modérément que l’année passée (+ 3,4 %, contre + 22, 2 %), portée par les travaux de rénovation et d’entretien des logements et les acquisitions dans l’ancien.
    Les aides au logement (versements et réductions de dépenses) représentent près de 42 milliards d’euros. Elles connaissent, tout comme l’année précédente, une progression dynamique de + 4,2 %.

  • Données sociales du transport routier de voyageurs - Édition 2023

    Accroche
    Cette publication présente les principales données sociales du transport routier de voyageurs (TRV) : emploi, marché du travail, rémunérations, formation, accidents du travail. Cette édition, qui comprend des données actualisées jusqu’en 2021, fournit notamment un éclairage sur les impacts conjoncturels de la crise sanitaire sur le secteur. Ainsi, la fréquentation des services de transport interurbain réguliers par autocar repart à la hausse par rapport à 2020, mais reste plus de moitié inférieure à son niveau de 2019. Le salaire moyen par tête des salariés du TRV, primes et compléments compris, rebondit de 9,6 % en 2021, après avoir chuté de 13,7 % en 2020. Parmi les autres informations, plus structurelles, on retiendra notamment le vieillissement des salariés (fin 2020, 36 % des salariés sont âgés de plus de 55 ans) et l’augmentation des tensions de recrutement de conducteurs malgré l’essor des contrats d’apprentissage (+ 64 % en 2021).

  • Données sociales du transport routier de marchandises - Édition 2022

    Accroche
    Entre fin 2019 et fin 2020, malgré le difficile contexte de la crise sanitaire, l’effectif salarié (hors intérim) du transport routier de fret élargi augmente de 2,9 % (soit + 12 300 emplois). Parallèlement, dans un marché du travail très perturbé, le nombre de demandeurs d’emploi de conducteur routier connaît une hausse inédite de 11,9 %. Toutefois, les difficultés de recrutement de conducteurs routiers réapparaissent au quatrième trimestre 2020. L’indemnisation du chômage partiel pendant la crise sanitaire compense en partie le recul du salaire moyen par tête en 2020 (- 4,4 %). En 2020, la durée de service hebdomadaire des conducteurs de poids lourds salariés d’établissements du transport routier de fret élargi s’établit à 45h26, en baisse de 25 minutes en un an. 28,5 % des salariés du secteur travaillent de nuit, entre minuit et 5 heures.

  • Les comptes de l’économie de l’environnement en 2015

    Accroche
    Depuis le début des années 2000, l’économie en lien avec l’environnement se développe. L’emploi dans les éco-activités augmente de 33 %, hausse supérieure à celle de l’ensemble de l’économie (+ 3 %). En 2015, la dépense de protection de l’environnement atteint 46,7 milliards, en progression annuelle moyenne de 3,1 %, alors que le PIB progresse de 2,6 % en moyenne annuelle sur cette même période.
    Cependant, le développement de cette économie marque le pas depuis le début de la décennie. La dépense de protection de l’environnement stagne depuis 2012.
    L’importance de cette économie reste par ailleurs modérée : 1,7 % de l’emploi total et 1,5 % du produit intérieur brut. De surcroît, l’impact net sur l’économie n’est pas directement mesurable, car des créations d’emplois peuvent compenser des disparitions dans d’autres secteurs.
  • Les comptes de la forêt : un outil de suivi de la forêt française 2007-2014

    Accroche
    Les comptes de la forêt sont un outil européen décliné en France pour répondre aux besoins spécifiques nationaux et notamment fournir des bilans comptables et économiques. Ils permettent de situer la France en termes de ressource forestière et d’économie liée à la forêt et aux filières qui en découlent. L’important travail de mise en cohérence et de structuration de l’information permet également aux décideurs publics de disposer d’un outil de suivi annuel et transversal sur la forêt et la filière bois. Les résultats proposés ici sur la période 2007-2014 soulignent le potentiel analytique des comptes de la forêt et leur caractère évolutif.

Données et publications

Aller plus loin