datalab
Chiffres clés du climat
France, Europe et Monde
Édition 2023
lang

Panorama français des gaz à effet de serre

Émissions de GES en France en 2022 (estimation provisoire)

En Mt CO2 éq

Source

Années

CO2

CH4

N2O

Gaz fluorés

Total

Industrie de l'énergie

1990

70,4

7,5

0,4

0,5

78,9

2022

43,2

0,9

0,2

0,2

44,6

Industrie manufacturière et construction

1990

107,0

0,4

21,5

10,5

139,4

2022

69,2

0,3

0,8

2,7

73,0

Transports

1990

121,7

1,1

0,9

0,0

123,7

2022

127,2

0,2

1,2

1,9

130,5

Usage des bâtiments et activités résidentiels/tertiaires

1990

85,6

6,8

0,8

0,1

93,3

2022

54,8

4,0

0,6

4,6

64,0

Agriculture/sylviculture

1990

11,7

49,7

26,9

0,0

88,3

2022

11,4

42,6

22,5

0,1

76,5

Traitement centralisé des déchets

1990

1,9

13,3

0,5

0,0

15,8

2022

1,5

13,2

0,5

0,0

15,2

Total hors UTCATF

1990

398,3

78,8

51,1

11,1

539,3

2022

307,3

61,2

25,8

9,5

403,8

UTCATF

1990

- 20,5

1,1

2,3

0,0

- 17,1

2022

- 19,1

1,1

1,1

0,0

- 16,9

Transports - hors total

1990

16,8

0,0

0,1

0,0

16,9

2022

15,2

0,0

0,1

0,0

15,3

Émissions naturelles - hors total

1990

0,0

3,2

0,0

0,0

3,3

2022

0,0

3,8

0,0

0,0

3,9

Total

1990

377,8

79,9

53,4

11,1

522,2

2022

288,1

62,3

26,9

9,5

386,9

Note : les données utilisées dans cette partie sont présentées au format Secten, qui propose une ventilation sectorielle fine et permet un suivi des objectifs nationaux, et notamment de la stratégie nationale bas-carbone (SNBC). Il permet également d'avoir des données estimées plus récentes que dans les formats de rapportage officiel comme celui de la CCNUCC. Pour plus de détails sur les formats d'inventaire, voir annexes. Les données 2022 provenant du Citepa sont donc une estimation préliminaire. Pour certains secteurs comme l'agriculture, les déchets ou l'UTCATF, la valeur de l'année précédente est utilisée.
Transports - hors total : émissions maritimes, fluviales et aériennes internationales.
Émissions naturelles - hors total : émissions naturelles d'origine non anthropique (volcanisme, foudre, etc.), estimation non exhaustive.
Champ : sauf mention contraire, dans cette partie, les émissions en « France » correspondent au périmètre du Protocole de Kyoto : métropole et outre-mer inclus dans l'UE (Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique, Mayotte et Saint-Martin).
Source : Format Secten – Citepa, 2023

En 2022, les émissions de GES sur le territoire français, hors UTCATF, représentent 403,8 Mt CO2 éq, dont 76,1 % sont du CO2 et 15,2 % du méthane (CH4). Elles sont en baisse de 2,7 % par rapport à 2021 et ont diminué de 25,1 % par rapport à 1990.

Les transports sont le premier secteur émetteur en 2022, avec 130,5 Mt CO2 éq (32,3 % des émissions hors UTCATF), suivis par l'agriculture (19 %), l'industrie manufacturière et la construction (18,1 %), l'industrie de l'énergie (11 %) et le traitement centralisé des déchets (3,8 %).

La France se distingue de l'UE par sa faible part d'émissions provenant de l'industrie de l'énergie en raison du poids important du nucléaire dans la production d'électricité.

Répartition sectorielle des émissions de GES en France en 2022 (estimation provisoire)

Note : les données 2022 sont une estimation préliminaire.
Source : Format Secten – Citepa, 2023

Évolution des émissions de GES en France par secteur
entre 1990 et 2022

Note : les données 2022 sont une estimation préliminaire.
Source : Format Secten – Citepa, 2023

En 2022, les émissions totales, hors UTCATF, ont diminué de 2,7 %. La baisse est particulièrement importante dans le résidentiel et le tertiaire (- 14,7 %) et concerne également l'industrie manufacturière et la construction (- 6,4 %). Les émissions des transports augmentent, quant à elles, de 2,3 % et celles de l'industrie de l'énergie de 4,9 %.

Sur le plus long terme, la baisse des émissions est la plus marquée dans l'industrie manufacturière et la construction (- 47,7 % par rapport à 1990), dans l'industrie de l'énergie (- 43,5 %) et le résidentiel et le tertiaire (- 31,3 %). À l'inverse, les émissions liées à l'utilisation des transports augmentent de 5,5 % sur la même période.