Essor des ventes de voitures neuves à motorisations alternatives en 2020

Transports
Publié le 20/01/2021
En 2020, le marché de l’automobile neuve est marqué par la crise sanitaire, avec une chute des ventes de voitures neuves de 25 % par rapport à 2019. Il évolue également fortement dans sa composition, avec l’essor des motorisations alternatives (hybrides rechargeables et électriques) au détriment des motorisations thermiques (diesel et essence). Ainsi, pour la première fois, les ventes de voitures électriques dépassent les 100 000 unités.

Fort recul des immatriculations de voitures neuves en 2020

En 2020, dans le contexte de la crise sanitaire, les ventes de voitures neuves ont chuté de 25,0 % par rapport à 2019, soit 1 631 200 immatriculations contre 2 173 900 un an plus tôt. Les immatriculations ont été très faibles au cours des mois de mars à mai, période du premier confinement : 177 200 immatriculations ont été enregistrées sur ces 3 mois contre 597 400 sur les mêmes mois de 2019, soit une baisse de plus de 70 %. Le second confinement, qui a débuté le 29 octobre pour s’achever le 15 décembre, a eu un impact plus faible sur les ventes de voitures. Les immatriculations ont reculé de 26,6 % en novembre par rapport à octobre. En dehors des périodes de confinement, les ventes de voitures neuves ont également été, chaque mois, moins nombreuses qu’en 2019, à l’exception des mois de juillet et août au cours desquels il y a probablement eu un effet de rattrapage.

 

 

Immatriculations des voitures neuves (en milliers) en 2019 et 2020 - © Source : SDES, Rsvero

Près de 4 voitures neuves sur 10 sont des SUV

La part de marché des SUV a augmenté (39,2 % des immatriculations en 2020 contre 36,9 % en 2019) ainsi que, dans une moindre mesure, celle des citadines (39,4 % en 2020 contre 38,7 % en 2019). Le marché des monospaces continue à reculer, s’établissant à 4,6 % en 2020, après 5,8 % en 2019 et 7,3 % en 2018. Cette évolution de la structure du marché se répercute en partie sur celle des motorisations.

Essor des motorisations alternatives …

En 2020, la part des motorisations alternatives (électriques et hybrides rechargeables) dans les immatriculations neuves a fortement progressé. Alors que cette part n’atteignait pas 3 % des ventes en 2019, elle s’établit à 11,0 % en 2020. Les mesures incitatives pour l’achat d’un véhicule à faibles émissions ainsi que la nouvelle réglementation s’appliquant aux constructeurs automobiles (cf. encadré) ont probablement favorisé cet essor.

Ainsi en 2020, la part des voitures qui remplissent l’un des critères d’attribution du bonus écologique (taux d’émissions de CO2 inférieur ou égal à 50 g/km) s’établit à 8,9 % des ventes. Elle a fortement augmenté à partir du mois d’août 2020, avec l’entrée en vigueur de nouvelles mesures (cf. encadré), pour atteindre 17,5 % des immatriculations en décembre alors quelle était de 6 % en moyenne sur les sept premiers mois de lannée.

En 2020, 107 300 voitures électriques ont été immatriculées contre 42 300 en 2019 (+ 153,7 %). Leur part de marché s’établit à 6,6 %, en hausse de 4,6 points sur un an. La citadine d’un constructeur français est en tête des ventes de voitures électriques, et se hisse au 9e rang des ventes avec 2,2 % de part de marché en 2020.

Les ventes de voitures hybrides rechargeables s’élèvent à 74 200 en 2020 contre 18 700 en 2019. Leur part de marché a ainsi plus que quadruplé, passant de 0,9 % en 2019 à 4,5 % en 2020.

 

Motorisation des voitures neuves en 2019 et en 2020 - © Source : SDES, Rsvero

 

… au détriment des motorisations thermiques

La motorisation diesel, qui était la motorisation la plus fréquente des voitures neuves jusqu’en 2016, continue à perdre du terrain en 2020. Avec 496 300 immatriculations en 2020, la part de marché du diesel passe à 30,4 % après 33,9 % en 2019 et 38,5 % en 2018. Toutefois, le diesel reste prépondérant sur certains segments du marché comme les monospaces (77 % de diesel). Cette diminution de part de marché ne profite plus aux voitures à motorisation essence. En 2020, elles représentent 46,9 % des immatriculations neuves (756 500 voitures) après 58,3 % en 2019 et 55 % en 2018.

Baisse des émissions moyennes de CO2

Les émissions moyennes de CO2 (exprimées en norme NEDC corrélée) des voitures immatriculées en 2020 s’établissent à 96,8 g/km contre 111,5g/km en 2019. Cette baisse marquée s’explique principalement par l’augmentation de la part des voitures électriques et hybrides rechargeables dans les immatriculations neuves. Cependant, les émissions de CO2 restent, en moyenne, légèrement supérieures au seuil fixé par l’union européenne aux constructeurs, qui est de 95g/km (en norme NEDC corrélée).

Définitions

  • Catégories de voitures
    Le marché automobile est souvent analysé sous forme de segments ou catégories, basés sur les dimensions, la silhouette et l’usage des voitures, mais il n’existe pas de typologie officielle. La codification proposée dans cette analyse est établie à partir de la classification indiquée par les constructeurs eux-mêmes, quand elle est disponible, et à partir des dimensions de la voiture dans les autres cas. On distingue ainsi les citadines, les berlines, les monospaces et les SUV.
     
  • Normes d’émission de CO2
    Jusqu’au 29 février 2020, les émissions de CO2 des voitures neuves étaient mesurées en norme NEDC corrélée. Depuis le 1er mars 2020, elles sont mesurées en norme WLTP, ce qui induit une rupture de séries dans les statistiques d’émissions de CO2. L’objectif européen étant exprimé en norme NEDC corrélée, les émissions de CO2 des voitures neuves immatriculées entre le 1er mars 2020 et le 31 décembre 2020 ont été converties dans cette norme. Ainsi, le chiffre de cette publication, établi en norme NEDC, n’est pas comparable aux chiffres mensuels pour 2020 publiés dans les publications conjoncturelles mensuelles sur les motorisations des véhicules légers neufs (Émissions de CO2 et bonus écologique – Décembre 2020), qui se fondent sur la norme WLTP

Données

Télécharger les données Excel relatives aux :

  • Immatriculations et aux motorisations des voitures neuves en 2019 et 2020
  • Parcs automobiles communaux selon la motorisation et la vignette Crit'air au 1er janvier 2020
Avertissement pour les parcs automobiles communaux :
Pour un faible nombre de véhicules, la commune ou la motorisation peuvent être inconnues, ce qui peut expliquer quelques écarts avec les données diffusées par département.
Pour les communes ayant des arrondissements, l'information sur l'arrondissement n'est pas toujours disponible. Dans ce cas, le nom de la commune est suivie de la mention "sans arrdt".

Mesures en vigueur en 2020 pour l’acquisition de véhicules peu polluants

Deux aides pour l'acquisition de véhicules peu polluants sont proposées en 2020 : le bonus et la prime à la conversion. Ces dispositifs sont cumulables.

> Le bonus constitue une aide à l’achat ou à la location de longue durée d’un véhicule électrique, hydrogène ou hybride rechargeable neuf. Un nouveau barème applicable jusqu’au 30 juin 2021 est entré en vigueur le 1er juin 2020.


> La prime à la conversion est une aide à l'acquisition ou à la location d'un véhicule peu polluant, en échange de la mise au rebut d'un vieux véhicule polluant. Des règles temporaires ont été appliquées aux véhicules acquis entre le 1er juin et le 2 août 2020 afin de soutenir le secteur automobile. Depuis le 3 août 2020, de nouveaux critères et un nouveau barème applicable jusqu’au 30 juin 2021 sont entrés en vigueur.

L'année 2020 est également marquée par l'entrée en vigueur de l'objectif européen contraignant de réduction des émissions moyennes de CO2 des voitures neuves. En Europe, les voitures vendues par un constructeur doivent respecter un niveau d'émission moyen de 95 g/km (selon le cycle d'homologation NEDC corrélé).

Aller plus loin