Derniers résultats

La pollution de l’air par le dioxyde d’azote (NO2)

Environnement
Publié le 14/10/2021
Les concentrations en NO2 dans l’air ont diminué depuis 2000. Il est en de même pour le pourcentage de stations de mesure où les seuils réglementaires de qualité de l’air ne sont pas respectés. En 2020, ce pourcentage est seulement de 1,9 % avec des stations de mesure toutes situées à proximité du trafic routier, dans les agglomérations de Lyon et de Paris. Ce chiffre historiquement bas s’explique en partie par les mesures liées à la gestion de la pandémie de Covid-19. Comme les années précédentes, aucun épisode de pollution d’ampleur nationale au NO2 n’est observé en 2020.

Les concentrations de NO2

Le NO2 est principalement émis par le trafic routier et les activités industrielles. Ainsi, les concentrations les plus fortes de ce polluant sont localisées sur les zones urbanisées comme Paris, Lyon et la région marseillaise. Des concentrations assez importantes sont également présentes autour des grands axes routiers comme dans la vallée du Rhône.
 

Des cartes à l’échelle urbaine représentant les situations d’exposition au trafic routier sont réalisées par les Associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (Aasqa) dans les grandes agglomérations, telles que Nancy et Reims. Ainsi, des dépassements non mis en évidence au niveau national sont détectés sur des axes routiers importants notamment.

Les concentrations en NO2 varient selon les saisons. Les températures froides et les faibles épaisseurs hivernales de la couche limite atmosphérique (couche de l’atmosphère en contact direct avec la surface terrestre et dont l’épaisseur varie entre une centaine de mètres et quelques kilomètres) sont principalement responsables.

Les conditions hivernales favorisent en effet l’accumulation des polluants à proximité du sol, notamment lors des situations anticycloniques persistantes. L’été, la dispersion verticale est plus importante, permettant une dilution du NO2 plus efficace dans la basse couche de l’atmosphère, améliorant ainsi la qualité de l’air dans les villes. Néanmoins, la répartition géographique des sources ne varie que très peu, et les zones les plus affectées demeurent les mêmes d’une saison à l’autre.

La moyenne annuelle des concentrations en NO2 a diminué de façon progressive depuis 2000 en fond urbain, avec une hausse en 2003 et une baisse plus marquée en 2020. À proximité du trafic routier, les concentrations annuelles ont également baissé sur la période 2000-2020, avec une diminution plus importante depuis 2011. Une hausse des concentrations annuelles est également observée en 2003 ainsi qu’une diminution plus marquée en 2020. Les mesures exceptionnelles de limitation des déplacements et de l’activité économique, liées à la gestion de la pandémie de Covid-19, expliquent notamment l’amplification des baisses mesurées en 2020.

En 2020, la moyenne annuelle en fond urbain est de 13 µg/m3 contre 25 µg/m3 à proximité du trafic routier. À proximité du trafic routier, les concentrations annuelles sont en moyenne deux fois plus élevées qu’en fond urbain.

La situation des agglomérations vis-à-vis des seuils réglementaires de NO2 pour la protection de la santé

Sur la période 2000-2020, le pourcentage de stations de mesure ne respectant pas le seuil réglementaire annuel en NO2 fixé pour la protection de la santé à long terme a fortement baissé dans les agglomérations de 50 000 à 250 000 habitants. Ce pourcentage a également diminué dans les agglomérations de plus de 250 000 habitants, avec une période de stagnation entre 2006 et 2015. En 2020, ces pourcentages sont respectivement de 0 et 5 % (sept stations). Les stations concernées sont toutes situées à proximité du trafic routier. Les mesures exceptionnelles de limitation des déplacements et de l’activité économique, liées à la gestion de la pandémie de Covid-19, expliquent notamment l’amplification des baisses mesurées en 2020.

 

En ce qui concerne les concentrations d’oxydes d’azote, le seuil réglementaire pour la protection de la végétation, fixé à 30 µg/m3 en moyenne annuelle, est respecté sur les sites de fond rural en 2020.