Derniers résultats

Le marché de la construction en France en 2021

Logement
Publié le 18/04/2024
En 2021, le marché de la construction en France est évalué à près de 300 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Ce marché est essentiellement porté par des unités indépendantes de petite taille dans le bâtiment et par des unités de grande taille regroupées en entreprises plus vastes dans les travaux publics. Le recours à la sous-traitance représente près d’un cinquième du chiffre d’affaires total. Les secteurs publics et privés mobilisent à parts égales les travaux publics tandis que les plus petites unités du bâtiment travaillent majoritairement pour les ménages. Le chiffre d’affaires du bâtiment, net de sous-traitance, est réalisé à près des deux tiers dans le logement.

Un chiffre d’affaires de 300 milliards d’euros

En 2021, on compte en France 514 350 unités légales dont l’activité principale relève de la construction (hors promotion immobilière). Ces unités légales ont un montant total de chiffre d’affaires de 301,0 milliards d’euros, dont 295,5 milliards d’euros sont directement liés à leur activité de construction.

La grande majorité de ces unités légales (95 %) constituent à elles seules une entreprise au sens statistique (voir définitions). Généralement de petite taille, ces unités « indépendantes » totalisent 141,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

4 % de ces unités, soit 20 900 unités légales, sont rattachés à des entreprises plus larges dont l’activité principale est la construction. Elles génèrent 147,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Les 11,5 milliards d’euros restants sont le fruit des 3 350 unités légales de la construction appartenant à des entreprises d’un autre secteur. Les unités légales ayant une activité principale hors construction ne contribuent qu’à 4,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires dans la construction.

Au total, le marché de la construction en France s’élève en 2021 à 299,6 milliards d’euros.

 

Nombre et chiffre d’affaires des unités légales du marché de la construction
Chiffre d’affaires total et chiffre d’affaires de la construction (en italique) en milliards d’euros et nombre d’unités légales

© SDES

Note de lecture : parmi les 514 350 unités légales du secteur de la construction, 3 350 appartiennent à des entreprises dont la construction n'est pas l'activité principale. Parmi elles, 450 unités légales appartiennent à une entreprise de la promotion immobilière. Ces unités légales génèrent un chiffre d'affaires de 1,3 milliard d'euros dont 1,2 milliard d'euros pour leur activité de construction.
Champ : unités légales ayant une activité de construction, France entière.
Source : Insee, Esane 2021.

 

Moins concentré que les travaux publics, le secteur du bâtiment regroupe 94 % des unités légales de la construction et génère 77 % de son chiffre d’affaires. Au sein du bâtiment, les unités légales indépendantes génèrent la moitié du chiffre d’affaires de ce secteur. Dans les travaux publics, le chiffre d’affaires est réalisé, pour près de deux tiers (63 %), par des unités regroupées au sein d’entreprises de travaux publics plus vastes.

Les deux secteurs sont très segmentés : seul 1 % du chiffre d’affaires du bâtiment est réalisé par des unités légales du secteur des travaux publics tandis que 4 % de celui des travaux publics l’est par des unités légales du bâtiment.

Un tissu économique très différent entre bâtiment et travaux publics

Les unités légales de 10 salariés ou moins sont prédominantes dans le secteur du bâtiment. Représentant 95 % des unités légales, elles réalisent un chiffre d’affaires cumulé de 99,0 milliards d’euros, soit 42,7 % du chiffre d’affaires total de ce secteur. Le reste du chiffre d’affaires se répartit de manière relativement homogène entre les tranches de taille supérieure.

Dans le secteur des travaux publics, les grandes unités ont un poids plus important : les unités de 250 salariés et plus génèrent un chiffre d’affaires de 30,1 milliards d’euros, soit 43,6 % du total de ce secteur. Celles de 50 à 250 salariés contribuent pour 20,4 %, tandis que les moins de 50 salariés se partagent les 36,0 % restants.

Le recours à la sous-traitance est important dans le secteur de la construction. Il représente 19,3 % du chiffre d’affaires de celui-ci, contre 10,7 % dans l’ensemble du secteur marchand non agricole non financier.

Cette part croît avec la taille de l’unité. Dans les travaux publics où elle est en moyenne de 21,7 %, elle s’échelonne de 17,0 % pour les unités légales de moins de 20 salariés à 24,5 % pour celles de plus de 250 salariés. Dans le bâtiment, cette part est de 10,7 % pour les unités légales de moins de 10 salariés et monte jusqu’à 31,0 % pour celles de plus de 250 salariés.

La construction est un secteur dont le marché est essentiellement français. La part de son chiffre d’affaires à l’export est nettement inférieure à la moyenne de l’ensemble des secteurs marchands non agricoles et non financiers (2,1 % contre près de 10 %). La part des exportations est marginale pour les unités légales de moins 250 salariés (entre 1,0 % et 1,5 % selon les tranches de taille) et atteint 5,1 % pour celles de plus de 250 salariés.

 

Chiffre d’affaires et sous-traitance des unités légales du bâtiment et des travaux publics selon leur nombre de salariés en équivalent temps plein
En milliards d’euros

© SDES

Note de lecture : les unités légales du bâtiment de moins de 10 salariés réalisent 99,0 milliards d’euros de chiffre d’affaires, dont 10,6 milliards d’euros sont sous-traités. Leur chiffre d’affaires en propre est de 88,4 milliards d’euros.
Champ : unités légales de la construction, France entière.
Source : Insee, Esane 2021
.

 

Entre le gros et le second œuvre du bâtiment, la ventilation du chiffre d’affaires selon la taille des unités légales présente des profils relativement similaires. La part de chiffre d’affaires des unités légales de moins de 10 salariés s’élève à 38,0 % dans le gros œuvre et à 45,3 % dans le second œuvre.

La part du chiffre d’affaires sous-traité est en revanche plus élevée dans le gros œuvre. Elle varie de 18,4 % du chiffre d’affaires pour les unités légales de moins de 10 salariés à 46,0 % pour celles de plus de 250 salariés. En comparaison, ces taux sont dans le second œuvre respectivement de 7,0 % et 20,0 %.

 

Chiffre d’affaires et sous-traitance des unités légales du bâtiment selon leur activité et leur nombre de salariés en équivalent temps plein
En milliards d’euros

© SDES

Note de lecture : en 2021, les unités légales du second œuvre de moins de 10 salariés ont réalisé 67,0 milliards d’euros de chiffre d’affaires, dont 4,7 milliards d’euros ont été sous-traités. Leur chiffre d’affaires en propre est de 62,3 milliards d’euros.
Champ : unités légales du bâtiment, France entière.
Source : Insee, Esane 2021.

La clientèle des travaux publics : public et privé à parts égales

Si une partie du chiffre d’affaires du secteur de la construction est sous-traitée, une autre partie est réalisée en tant que sous-traitant.

Dans les travaux publics, la proportion de chiffre d’affaires réalisé par les unités légales pour le compte d’autres entreprises du secteur s’élève ainsi à 11,6 % en 2021. Les autres clients se partagent de manière égale entre les secteurs publics (45,4 %) et privé hors construction (43,0 %).

 

Chiffre d’affaires en matière de construction des unités légales des travaux publics selon la clientèle
En %

© SDES

Note de lecture : les unités légales des travaux publics réalisent 45,4 % de leur chiffre d’affaires dans la construction auprès du secteur public.
Champ : unités légales des travaux publics, France entière.
Source : Insee, Esane 2021.

La clientèle du bâtiment, très segmentée selon la taille des unités

Dans le secteur du bâtiment, les unités légales réalisent en moyenne 12,7 % de leur chiffre d’affaires pour le compte d’autres entreprises du secteur de la construction. Cette activité de sous-traitance décroît en fonction de la taille des unités légales. Elle s’élève à 15,9 % pour les unités de 10 salariés et moins et à 4,3 % pour celles de plus de 250 salariés.

Les autres clients sont essentiellement des entreprises du secteur privé (36,8 % du chiffre d’affaires) et des particuliers ou des syndics de copropriété (34,7 % du chiffre d’affaires). Le secteur public, quant à lui, ne représente que 15,7 % du chiffre d’affaires.

La clientèle varie selon la taille des unités légales. Les ménages (particuliers ou syndics de copropriété) représentent 55,6 % du chiffre d’affaires des unités de 10 salariés contre seulement 5,9 % de celui des plus de 250 salariés. À l’inverse, les entreprises privées et le secteur public comptent respectivement pour 21,3 % et 7,1 % du chiffre d’affaires des unités de 10 salariés et moins, contre 62,4 % et 27,4 % pour celles de plus de 250 salariés.

 

Chiffre d’affaires en matière de construction des unités légales du bâtiment selon la clientèle
En %

© SDES

Note de lecture : les unités légales du bâtiment de plus de 250 salariés réalisent 27,4 % de leur chiffre d’affaires auprès du secteur public.
Champ : unités légales du bâtiment, France entière.
Source : Insee, Esane 2021.

L’activité du bâtiment, principalement orientée vers le logement

Dans le secteur du bâtiment, 63,9 % du chiffre d’affaires net de sous-traitance est réalisé pour le logement (40,8 % pour le logement individuel et 23,1 % pour le collectif) et 36,1 % pour les bâtiments non résidentiels. Cette répartition est quasiment la même pour les activités de gros œuvre et pour celles de second œuvre.

Le partage entre construction neuve et entretien-amélioration varie en revanche selon le secteur. Environ deux tiers (66,0 %) du chiffre d’affaires du gros œuvre est réalisé dans le neuf, contre environ un tiers (34,5 %) dans celui du second œuvre énergie (travaux d’installation d’équipements thermiques et de climatisation, travaux d’isolation notamment).

 

Chiffre d’affaires net de la sous-traitance selon la nature des ouvrages et le secteur
En %

© SDES

Note de lecture : à gauche, les unités légales du bâtiment réalisent 40,8 % de leur chiffre d’affaires net de sous-traitance dans le bâtiment en effectuant des travaux sur des logements individuels ; à droite, les unités légales du gros œuvre réalisent 66,0 % de leur chiffre d’affaires net de sous-traitance dans le bâtiment en réalisant des travaux dans le neuf (logements et non résidentiel).
Champ : unités légales du bâtiment, France entière.
Source : Insee, Esane 2021.

Un poids de la construction variable selon les régions

La répartition régionale du chiffre d’affaires de la construction, net de la sous-traitance, est étroitement liée à la démographie et à l’économie des régions. L’Île-de-France génère ainsi 22,2 % du total de ce chiffre d’affaires, suivie par l’Auvergne-Rhône-Alpes (13,3 %), la Nouvelle-Aquitaine (8,8 %), l’Occitanie (8,3 %) et Provence-Alpes-Côte d’Azur (7,9 %).

Le chiffre d’affaires du secteur de la construction, net de sous-traitance, représente entre  6 % et 8 % du chiffre d’affaires total de la majorité des régions. En Île-de-France, Martinique et Hauts-de-France, le poids de la construction est plus faible (respectivement 4,1 % et 5,5 %), tandis qu’il dépasse les 1,0 % pour la Guyane (10,6 %), la Corse (12,4 %) et Mayotte (13,6 %).

 

Part de la construction dans le chiffre d'affaires net de sous-traitance de la région
En %

© SDES

Note de lecture : la construction contribue pour 4,1 % au chiffre d’affaires net de sous-traitance de l’Île-de-France.
Champ : unités légales des secteurs principalement marchands, non agricoles et non financiers, France entière.
Sources : Insee, Esane 2021 (fichier FARE localisé) ; LIFI ; FLORES.

Auteurs : Antonia BERTIN et Ismaël HAFFOUD (SDES)

Méthodologie

Définitions

  • Unité légale : entité juridique de droit public ou privé. Cette entité juridique peut être une personne morale ou une personne physique. Elle est obligatoirement déclarée aux administrations compétentes (greffes des tribunaux de commerce, Sécurité sociale, DGFiP…).
  • Entreprise : plus petite combinaison d’unités légales qui constitue une unité organisationnelle de production de biens et de services jouissant d’une certaine autonomie de décision, notamment pour l’affectation de ses ressources courantes. Elle peut être constituée de plusieurs unités légales liées par des liens financiers et se rapproche alors de la notion de groupe, même si les plus grands groupes peuvent être constitués de plusieurs entreprises selon le critère d’autonomie de décision.
  •  Construction : le champ de la construction analysé ici recouvre la construction de bâtiments résidentiels et non résidentiels, le génie civil et les travaux de construction spécialisés. Il s’agit de la section F de la nomenclature d’activités française rév.2 (NAF) à l’exception du groupe 41.1 (promotion immobilière).

Source

Le dispositif Esane permet de produire des statistiques structurelles d’entreprises, c’est-à-dire une photographie annuelle de la population des entreprises appartenant au système productif et de leurs principales caractéristiques. Ces statistiques sont produites en mobilisant des données administratives (liasses fiscales) complétées par deux enquêtes statistiques ad hoc (ESA et EAP).

Champ

Bâtiment, travaux publics, gros œuvre, second œuvre (général et énergie) : ces activités forment une partition du champ de la construction à partir de regroupements de sous-classes de la NAF (Cf. annexe 10 du fichier de données).

Données

Détails des données des graphiques et annexes :

  • Nombre et chiffre d’affaires des unités légales du marché du bâtiment
  • Nombre et chiffre d’affaires des unités légales du marché des travaux publics
  • Chiffre d’affaires, exportations et sous-traitance des unités légales selon leur nombre de salariés et leur sous-secteur
  • Chiffre d’affaires construction des unités légales de la construction selon la clientèle, leur nombre de salariés et leur sous-secteur
  • Chiffre d’affaires bâtiment net de sous-traitance des unités légales du bâtiment selon la nature des ouvrages et le sous-secteur
  • Chiffre d’affaires bâtiment net de sous-traitance des unités légales du bâtiment ayant moins de 10 salariés équivalents temps plein selon la nature des ouvrages et le sous-secteur
  • Chiffre d’affaires bâtiment net de sous-traitance des unités légales du bâtiment ayant 10 à 20 salariés équivalents temps plein selon la nature des ouvrages et le sous-secteur
  • Chiffre d’affaires net de sous-traitance des unités légales de la construction par région et par sous-secteur
  • Chiffre d’affaires net de sous-traitance des unités légales de la construction par région, par sous-secteur et selon leur nombre de salariés en équivalent temps plein
  • Champ de la construction : liste des sous-classes NAF composant les secteurs de la construction (bâtiment, travaux publics, gros œuvre, second œuvre général et second œuvre énergie)