Derniers résultats

Les facteurs d'évolution des émissions de CO2 liées à l'énergie en France de 1990 à 2020

Énergie
Publié le 27/09/2022
En France métropolitaine, les émissions de CO2 dues à la combustion d’énergie, corrigées des variations climatiques, ont diminué de 28 % entre 1990 et 2020, avec une chute de 11 % en 2020 du fait de la crise sanitaire, après une baisse de 19 % entre 1990 et 2019. Cette publication vise à identifier les rôles respectifs de l’activité économique, de l’efficacité énergétique et du bouquet énergétique dans cette évolution, pour chacun des grands secteurs émetteurs. Dans le résidentiel, le recours à des énergies moins carbonées que par le passé explique la majeure partie de la baisse de 29 % des émissions. Elles sont très majoritairement liées à l’usage de chauffage, dont les émissions ont baissé dans des proportions similaires. Si les gains d’efficacité énergétique sont soutenus depuis le milieu des années 2000, ils sont en grande partie annulés par la hausse des surfaces habitées. Dans le secteur des transports, les émissions sont largement dominées par le mode routier.

Principaux résultats

Quels rôles ont joué l’efficacité énergétique et le bouquet énergétique dans l’évolution des émissions de CO2 de la France ?
— En France métropolitaine, les émissions de CO2 dues à la combustion d’énergie, corrigées des variations climatiques, ont diminué de 28 % entre 1990 et 2020, avec une baisse concentrée sur la période 2005-2020, et notamment une chute de 11 % en 2020 du fait de la crise sanitaire, après une baisse de 19 % entre 1990 et 2019. La forte diminution de l’intensité énergétique et du contenu carbone de l’énergie consommée ont plus que compensé la croissance démographique et la hausse du PIB par habitant.


Quels facteurs d’évolution dans le résidentiel ?
— Les émissions de CO2 (y compris les émissions indirectes liées à la consommation d’électricité et de chauffage urbain) du secteur résidentiel ont diminué de 34 % entre 2005 et 2020, après une augmentation de 7 % entre 1990 et 2005. Cette baisse est imputable en grande partie à la diminution du contenu carbone de l’énergie, avec le recours croissant aux énergies renouvelables thermiques et la décarbonation du bouquet de production d’électricité. L’amélioration des performances thermiques des logements, découlant des réglementations thermiques sur les constructions neuves et des politiques d’incitation à la rénovation, y contribue aussi, mais cet effet est annulé en grande partie par la hausse du nombre de logements et celle de leur surface moyenne.


Quels facteurs d’évolution dans les transports ?
— Les émissions de CO2 du transport de voyageurs ont connu une chute historique de 19 % en 2020 du fait des limitations de déplacements liées à la crise sanitaire. Elles tendaient à diminuer depuis 2002 (- 0,6 % par an en moyenne entre 2002 et 2019) après une hausse marquée entre 1990 et 2002 (+ 1,2 % par an). Principal contributeur, le transport routier individuel a bénéficié de l’amélioration de l’efficacité énergétique des véhicules sur toute la période et d’une croissance moins dynamique du volume des déplacements depuis le début des années 2000. Dans le transport de marchandises, des améliorations logistiques et techniques ont permis de stabiliser les émissions depuis le début des années 2010. Les progrès dans l’efficacité énergétique des véhicules utilitaires légers ont fait reculer leurs émissions depuis leur pic à la fin des années 1990.


Quels facteurs d’évolution dans le secteur productif ?
— Les émissions de CO2 liées à l’énergie du secteur productif (hors celles liées au transport) ont baissé de 31 % entre 1990 et 2020, l’essentiel de la baisse étant observé depuis 2007. Cette baisse est principalement liée à un recul de la part des énergies les plus carbonées ainsi qu’à une baisse de l’intensité énergétique de chacun des grands secteurs (industrie, tertiaire et agriculture). La tertiarisation de l’économie, en partie imputable au remplacement d’une partie de la production domestique par des importations, y a également contribué. La crise sanitaire a fortement affecté l’activité industrielle, les émissions du secteur diminuant de 11 % en 2020.

 

Données clés

Avertissement : pour permettre une analyse structurelle en dehors des effets de la crise sanitaire, les évolutions et les facteurs explicatifs sont présentés sur l'infographie sur la période 1990-2019.

Émissions de CO2 liées à l’énergie - © SDES

Répartition des émissions de CO2 par secteur :

  • Transports : 40 %
  • Secteur productif (Agriculture, Industrie, Tertiaire) : 35 %
  • Résidentiel : 17 %
  • Autres : 8 %

Évolution des émissions de CO2 liées à l’énergie en France entre 1990 et 2019 pour l’ensemble des secteurs

  • Évolution (1990-2019) : - 19 %
  • Facteurs négatifs qui font augmenter les émissions de CO2 : hausse de la population (+ 15 %), hausse du PIB/hab. (+ 36 %)
  • Facteurs positifs qui réduisent les émissions de CO2 : baisse de l’intensité énergétique (PIB/énergie primaire consommée) (- 31 %), décarbonation du mix énergétique (- 25 %)

Évolution des émissions de CO2 liées à l’énergie en France entre 1990 et 2019 pour le secteur des transports de marchandises.

Évolution (1990-2019) : + 1 %

  • Facteurs négatifs qui font augmenter les émissions de CO2 : hausse du nombre de tonnes-km transportées (+ 32 %), report modal du rail vers la route (+ 12 %)
  • Facteurs positifs qui réduisent les émissions de CO2 : baisse de l’intensité énergétique (PIB/énergie primaire consommée) (- 23 %), décarbonation du mix énergétique (- 9 %)

Évolution des émissions de CO2 liées à l’énergie en France entre 1990 et 2019 pour le secteur des transports de voyageurs.

Évolution (1990-2019) : + 4 %

  • Facteurs négatifs qui font augmenter les émissions de CO2 : hausse du nombre de voyageurs-km transportés (+ 23 %), baisse du taux de remplissage des voitures (- 13 %)
  • Facteurs positifs qui réduisent les émissions de CO2 : amélioration de l’efficacité énergétique des voitures (- 23 %), décarbonation du mix énergétique (- 7 %)

Note : les émissions de CO2 des transports de voyageurs sont émises à 93 % par la voiture individuelle.

Évolution des émissions de CO2 liées à l’énergie en France entre 1990 et 2019 pour le secteur productif

  • Évolution du secteur productif (1990-2019) : - 26 %
  • Évolution du sous-secteur Agriculture (1990-2019) : - 12 %
  • Évolution du sous-secteur Industrie (1990-2019) : - 33 %
  • Évolution du sous-secteur Tertiaire (1990-2019) : - 12 %

 

  • Facteurs négatifs qui font augmenter les émissions de CO2 : augmentation de la valeur ajoutée (+ 56 %)
  • Facteurs positifs qui réduisent les émissions de CO2 : baisse de l’intensité énergétique (PIB/énergie primaire consommée) (- 26 %), décarbonation du mix énergétique (- 27 %), tertiarisation de l’économie (- 11 %)

Évolution des émissions de CO2 liées à l’énergie en France entre 1990 et 2019 pour le secteur résidentiel

Évolution (1990-2019) : - 30 %

  • Facteurs négatifs qui font augmenter les émissions de CO2 : hausse de la surface totale des logements (+ 52 %)
  • Facteurs positifs qui réduisent les émissions de CO2 : décarbonation du mix énergétique (- 26 %), amélioration des performances thermiques (consommation de chauffage par m2) (- 39 %).

Données

Tableau des données détaillées concernant les émissions de CO2 dues à l'énergie, en France, de 1990 à 2020 : détail des émissions de CO2 par rapport à la population, au PIB par habitant, à l'énergie primaire, au contenu carbone de l'énergie, et aux secteurs d'activité.

Aller plus loin