Derniers résultats

Les parcs nationaux de France - Chiffres clés - Édition 2021

Environnement
Publié le 30/06/2021
Afin de préserver certains territoires abritant un patrimoine naturel exceptionnel, le législateur a institué en 1960 le concept de parc national. Début 2021, la France en compte onze : huit en métropole (la Vanoise, Port-Cros, les Pyrénées, les Cévennes, les Ecrins, le Mercantour, les Calanques et forêts) et trois en outre-mer (Guadeloupe, Guyane et La Réunion).
À partir d’une sélection de 50 indicateurs clés commentés, ce recueil dresse un panorama détaillé des principales caractéristiques de ce dispositif de protection des espaces naturels et notamment, la façon dont les parcs nationaux concilient les activités économiques et les mesures de protection du patrimoine.

Principaux résultats

Quel ancrage des parcs nationaux dans les territoires ?
Depuis la création du Parc national de forêts le 6 novembre 2019, la France compte onze parcs nationaux. Ils couvrent 8 % du territoire national et représentent une grande diversité de contextes biogéographiques (Alpes, Pyrénées, Méditerranée, Massif central, Mascareignes, Antilles et Amazonie). Les parcs nationaux englobent les territoires de 517 communes (en totalité ou en partie), au sein desquelles résident plus de 800 000 habitants. La moitié de ces communes est par ailleurs située dans un cœur de parc. En 2021, les onze parcs nationaux de France occupent une place importante au sein de la stratégie nationale des aires protégées adoptée le 12 janvier 2021, et plus particulièrement au sein des protections fortes, puisque les cœurs terrestres des parcs nationaux couvrent 25 666 km² sur les 35 472 km² de protections fortes terrestres en France.Ce statut est confirmé par la notoriété des parcs nationaux. Ces derniers sont connus et reconnus par la population d’après les dernières enquêtes effectuées respectivement par le SDES et l’OFB.

Quelles actions les parcs nationaux mettent-ils  en œuvre pour préserver le patrimoine naturel ?
Les parcs nationaux œuvrent pour la préservation de la biodiversité et des paysages de leurs territoires. 72 % de la surface des parcs nationaux métropolitains est couverte par des zones Natura 2000 et 47 % par des zones d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF). Ils assurent des actions de surveillance et de réglementation (police de l’environnement), de recherche, de connaissance, de gestion et de restauration des milieux et de sensibilisation et de soutien aux territoires. Ainsi, en 2019, 50 % des espèces recensées et 39 % des espèces endémiques en France sont présentes dans les parcs nationaux (les trois quarts des espèces endémiques sont présentes dans les parcs nationaux d’outre-mer). 18 expériences de réintroduction d’espèces animales ou végétales ont été menées au cours des deux dernières décennies. Plus de 80 % des habitats d’intérêt communautaire et des masses d’eau de surface sont en bon état de conservation, résultat très supérieur au reste du territoire français. Les dépenses destinées à la préservation des patrimoines s'élèvent à 55,4 millions d’euros en 2019, soit 70 % du budget global des parcs nationaux.

Comment sont conciliées activités économiques et protection du patrimoine naturel dans les parcs nationaux ?
Dans les territoires des parcs nationaux de France, trois familles d’activités économiques sont importantes en raison de leur lien direct à la nature : le tourisme lié au caractère exceptionnel des paysages, l’agriculture qui façonne des milieux ouverts et la sylviculture avec de nombreux espaces forestiers gérés. Pour ces activités, les parcs nationaux privilégient les pratiques compatibles avec la préservation des patrimoines : sentiers de randonnées pour la découverte (plus de 7 000 km), agriculture biologique (17 % des exploitations agricoles présentes dans les parcs) et démarches agro-environnementales, marque « Esprit parc national » utilisée par plus de 600 entreprises, développement de zones de libre évolution au sein des massifs forestiers et implication des parcs dans les documents de gestion forestière.

Quelle mobilisation des collectivités et des citoyens en faveur des parcs nationaux ?
La préservation des territoires des parcs nationaux passe par la mobilisation de toute la société. En 2021, plus de 75 % des communes adhèrent au projet de territoire de leur parc via une charte. Cette adhésion permet notamment de sensibiliser les jeunes (près de 30 000 élèves en 2019), mais aussi le grand public, à la nature et à sa protection (plus de 135 000 personnes sensibilisées en 2018). 30 % de ces communes adhérentes développent des projets impliquant les citoyens dans la préservation de leur territoire (Agenda 21 ou atlas de la biodiversité communale). Grâce à toutes ces actions et à la qualité de leurs territoires, les parcs nationaux français sont reconnus à l'international.

Données clés

Les parcs nationaux en 11 chiffres

Les parcs nationaux de France - Chiffres clés - Édition 2021 - © CGDD / SDES

Les parcs nationaux en 11 chiffres

 

52 598 km², c'est l'emprise terrestre et maritime des 11 parcs nationaux

 

810 823 habitants résident de façon permanente au sein des parcs nationaux

 

80 % des personnes connaissent les parcs nationaux

 

68 % des 517 communes des parcs sont montagnardes

 

10 millions de visites, c'est la fréquentation moyenne des parcs en 2018

 

0 km2 de surface artificialisée au sein des cœurs de parcs nationaux entre 2000 et 2018

 

55 millions d'euros sont alloués à la préservation des territoires dans les parcs nationaux

 

47 % de la surfaces des Parcs nationaux est couverte par une Znieff

 

200 bouquetins ibériques dénombrés dans le parc national des Pyrénées fin 2019, grâce au programme de réintroduction des espèces

 

56 % de l'élevage présent dans les parcs nationaux est composé d'ovins

 

5 576 km2 de forêts. Le taux de boisement des parcs nationaux s'élève à 45 %

Aller plus loin