Ménages et société

Environnement
Publié le 01/10/2018
Marché bio place d'Aligre à Paris
© Terra/Olivier Brosseau
Dans leurs activités quotidiennes et par leurs modes de consommation, les ménages exercent des pressions sur l’environnement (transport, alimentation, eau, énergie, etc.). Ces pressions, qui paraissent négligeables à l’échelle individuelle, génèrent collectivement de profondes répercussions sur l’environnement et les ressources naturelles.
  • Modes de vie et pratiques environnementales des Français

    Accroche
    Depuis la création d’un ministère chargé de cette question au début des années 1970, la protection de l’environnement s’est progressivement imposée dans l’espace public. Partant de ce constat, plusieurs questions se posent : dans quelle mesure la société française a-t-elle changé son rapport à l’environnement ? Comment cela s’est-il traduit concrètement ? La préoccupation des Français à l’égard de l’environnement influe-t-elle sur leurs actes quotidiens ?
    Parallèlement à la mise en œuvre de politiques publiques et de réglementations encadrant les activités polluantes, les ménages s’impliquent-ils à leur échelle pour limiter leur impact sur l’environnement ? Quelle place pour la sobriété des usages dans une société de consommation ? Les citoyens disposent-ils tous des mêmes capacités à agir pour protéger l’environnement ?
  • Ménages & Environnement - Les chiffres clés - Édition 2017

    Accroche
    Dans leurs activités quotidiennes, et par leurs habitudes de consommation, les ménages exercent des pressions sur l’environnement (émissions de gaz à effet de serre, de polluants atmosphériques, production de déchets, etc.).
    Ces pressions, qui paraissent négligeables à l’échelle individuelle, génèrent collectivement de profondes répercussions sur l’environnement et les ressources naturelles. Cette publication présente une sélection d’indicateurs sur les pressions et impacts sur l’environnement associés aux pratiques et modes de vie des ménages.
  • Les Français et la consommation responsable. Vers des achats plus respectueux de l’environnement ?

    Accroche
    Qu’il s’agisse d’acheter des produits respectueux de l’environnement ou issus de l’agriculture biologique, la consommation des ménages est parfois contrainte par leur niveau de vie. Pour autant, les choix des consommateurs restent avant tout dépendants de l’intérêt que ceux-ci portent ou pas à l’environnement. Attachée à la qualité des biens qu’elle consomme, une part importante des Français semble en effet disposée à consommer moins, mais mieux. Le prix et le poids des habitudes continuent cependant de freiner cette volonté de changement.
  • Quelle prise en compte de l’environnement au sein des foyers ? Analyse sociologique des pratiques domestiques des Français

    Accroche
    Au sein du logement, les pratiques de tri des déchets et les économies d’énergie sont deux façons pour les citoyens de réduire leur impact sur l’environnement. La récente enquête sur les pratiques environnementales des ménages montre que ces formes emblématiques d’implication sont largement mises en œuvre dans les foyers français. C’est tout particulièrement le cas du tri des déchets. Des différences importantes s’observent toutefois d’un ménage à l’autre, en fonction de l’intérêt que ceux-ci portent aux questions environnementales ou de leur capacité à agir. De même, l’âge, le lieu de vie ou la taille du foyer influent sur les pratiques déclarées par les enquêtés.
  • Les Français et la mobilité durable : quelle place pour les déplacements alternatifs à la voiture individuelle en 2016 ?

    Accroche
    Les résultats de la dernière enquête sur les pratiques environnementales des ménages confirment la prépondérance de la voiture, même si de fortes disparités géographiques, économiques et générationnelles existent. La possibilité de réduction de l’usage de la voiture semble par ailleurs conditionnée par l’offre en matière de transports en commun. La pratique du vélo est quant à elle plutôt occasionnelle et dépend notamment de la qualité du réseau cyclable. À l’échelle nationale, le covoiturage reste un mode de transport relativement marginal, même si les enquêtés les plus jeunes y ont fréquemment recours pour effectuer de longs trajets.
  • Opinions et pratiques environnementales des Français en 2015

    Accroche
    En 2015, les Français expriment de manière accrue une préoccupation à l’égard de la pollution atmosphérique, tant sur le plan global que local. À l’instar de la lutte contre le changement climatique, l’amélioration de la qualité de l’air est devenue l’un des principaux enjeux environnementaux pour l’opinion publique. Du point de vue des ménages, ce n’est toutefois pas à eux d’agir en priorité pour protéger l’environnement, mais aux pouvoirs publics. Avant d’envisager de renoncer à l’usage quotidien de leur voiture, les enquêtés attendent au préalable que l’offre de transports en commun s’améliore. En matière de consommation, près de la moitié des enquêtés déclarent avoir récemment acheté des produits issus de l’agriculture biologique ou porteurs d’un label écologique. Soucieux de privilégier la production locale, les Français se montrent également disposés à acheter davantage de produits respectueux de l’environnement si cela ne leur coûte pas plus cher.
  • Le contenu carbone du panier de consommation courante

    Accroche
    En 2009, chaque Français a acheté en moyenne 700 kg d’aliments, de boissons et de produits de droguerie, parfumerie et hygiène. Ce panier d’achats moyen contenait 1,4 tonne équivalent carbone (eq.CO2). Le contenu eq.CO2 par kg d’achats varie dans un rapport de 1 à 25 environ selon la catégorie de produit. Ainsi, les fruits et légumes constituent 20 % du poids du panier et induisent 7 % du contenu carbone des achats.
  • Les perceptions sociales et pratiques environnementales des Français de 1995 à 2011

    Accroche
    Le suivi de la sensibilité des Français à l’environnement peut fournir un éclairage sur l’orientation à donner aux politiques publiques environnementales.
    La mesure de l’opinion permet tout d’abord d’apprécier la demande sociale de protection de l’environnement. L’étude des pratiques environnementales permet, quant à elle, de mesurer l’intégration du souci de préservation de l’environnement dans les gestes quotidiens des ménages.
    Les enquêtes mobilisées dans ce but par le Commissariat général au développement durable montrent que l’adhésion à la protection de l’environnement continue de progresser depuis deux décennies même si celle-ci n’est pas la préoccupation principale des Français.
  • Les ménages dépensent plus pour l'environnement

    Accroche
    La dépense de protection de l’environnement des ménages atteint 11,8 milliards d’euros en 2007. Elle a fortement progressé depuis 1990, notamment pour financer la gestion des eaux usées et des déchets ; la qualité de leurs traitements a été améliorée afin de se conformer aux normes plus contraignantes. La dépense des ménages pour la protection de l’air a aussi beaucoup augmenté. La croissance des dépenses de gestion des eaux usées et de protection de l’air a été plus forte pour les ménages que pour les entreprises.
  • L'environnement, de plus en plus intégré dans les gestes et attitudes des Français

    Accroche
    Les pratiques environnementales s’installent de plus en plus dans la vie quotidienne des Français. Le tri des déchets ou l’attention à la consommation d’électricité et d’eau sont désormais adoptés par une large majorité des ménages. L’achat de produits Bio, l’équipement en ampoules basse consommation ou l’attention à la quantité de déchets lors d’un achat sont moins pratiqués mais tendent à se répandre. Le degré d’adoption de gestes "verts" par les Français est fonction d’une certaine aisance sociale mais aussi de leur sensibilité à l’environnement. Cet état des lieux a été dressé à partir de l’enquête permanente sur les conditions de vie des ménages, réalisée par l’Insee en janvier 2005.