Pesticides

Environnement
Publié le 01/10/2018
Pulvérisation de pesticides - © © Terra/Laurent Mignaux
Le terme « pesticide » désigne les substances destinées à lutter contre les organismes jugés nuisibles, qu’il s’agisse de plantes, d’animaux, de champignons ou de bactéries. Utilisés sur de grandes surfaces, principalement par les agriculteurs, mais aussi par les collectivités locales, les gestionnaires d’infrastructures et les particuliers, les pesticides se sont largement diffusés dans les milieux aquatiques. Compte tenu des risques que représentent ces substances tant pour la santé humaine que pour les écosystèmes, leur présence dans les cours d’eau et dans les eaux souterraines fait l’objet de suivis réguliers qui n’ont cessé de se renforcer depuis le début des années 2000. Ce dispositif permet en particulier de suivre leur évolution et d’alerter sur l’apparition de nouveaux produits.
  • État des lieux des ventes et des achats de produits phytopharmaceutiques en France en 2020

    Accroche
    Au cours de la décennie 2010, les ventes de produits phytopharmaceutiques sont restées à des niveaux élevés. Parmi celles-ci, les ventes de substances actives n’entrant pas dans les usages de l’agriculture biologique ou dans le cadre du biocontrôle ont toutefois diminué (- 10 % entre 2009-2011 et 2018-2020). Il en est de même pour les ventes de molécules classées comme les plus préoccupantes. La part des quantités de substances actives classées cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques (CMR) est ainsi passée de 28 % à 12 % entre 2009 et 2020. 44 % des substances vendues sont des herbicides. La cartographie des ventes reflète en large partie les spécialisations agricoles locales.

  • La pollution des eaux superficielles et souterraines en France - Synthèse des connaissances en 2021

    Accroche
    Les milieux aquatiques font l’objet de multiples pressions liées aux activités humaines, agricoles, industrielles et domestiques. Ainsi, dans le dernier rapportage sur l’état des masses d’eau en France en 2015, seules 44 % des masses d’eau superficielle affichaient un bon état écologique et 69 % des masses d’eau souterraine un bon état chimique. Cette situation induit des coûts importants de prévention, de protection et de restauration, pour assurer la pérennité des usages et en premier lieu, la production d’eau destinée à la consommation humaine.
  • Pesticides dans les cours d’eau : légère baisse de 2008 à 2013

    Accroche
    Les teneurs en pesticides dans les cours d’eau, pondérées des risques environnementaux qu’elles représentent pour la faune et la flore aquatique, baissent légèrement sur la période 2008-2013. Cette tendance, extraite d’un nouvel indice synthétique construit à partir des données de la surveillance mise en place par les agences et offices de l’eau en France, est principalement due aux herbicides. Des retraits d’usage effectifs sur la période ont rapidement été suivis d’effet dans les cours d’eau. Si la décroissance se confirme également pour les pesticides interdits de longue date, en revanche, la tendance est plus nuancée pour ceux qui sont autorisés. Les évolutions, par ailleurs influencées par les conditions climatiques, diffèrent selon les bassins.