Ressources biologiques

Environnement
Publié le 01/10/2018
Forêt au coeur de la Corniche angevine
© Terra/Olivier Brosseau
La France mobilise des ressources biologiques pour satisfaire les besoins de sa population et de son économie. Ces ressources renouvelables recouvrent les produits issus de l’agriculture, de la foresterie et de la pêche. Le suivi de leur stock, de leurs prélèvements et de leur flux permet d’apprécier le niveau des pressions exercées sur ces ressources.
  • Les comptes de la forêt : un outil de suivi de la forêt française 2007-2014

    Accroche
    Les comptes de la forêt sont un outil européen décliné en France pour répondre aux besoins spécifiques nationaux et notamment fournir des bilans comptables et économiques. Ils permettent de situer la France en termes de ressource forestière et d’économie liée à la forêt et aux filières qui en découlent. L’important travail de mise en cohérence et de structuration de l’information permet également aux décideurs publics de disposer d’un outil de suivi annuel et transversal sur la forêt et la filière bois. Les résultats proposés ici sur la période 2007-2014 soulignent le potentiel analytique des comptes de la forêt et leur caractère évolutif.
  • Comptes intégrés environnementaux et économiques de la forêt française

    Accroche
    Méthodologie et analyse pour la période 2007-2010

    Ce « Document de travail » présente des statistiques forestières nationales et européennes de 2007 à 2010. Il dresse un panorama de la forêt métropolitaine. Plusieurs angles y sont abordés : le patrimoine forestier national tant en superficie qu’en volume de bois sur pied, les produits et services rendus par la forêt ou encore les volumes de carbone présents dans la biomasse et dans l’ensemble de l’écosystème forestier. Cette étude est par ailleurs complémentaire aux travaux récents sur les services écosystémiques rendus par la forêt.
  • Les multiples valeurs de la forêt française

    Accroche
    La forêt offre une multitude de biens et de services dont la valeur est déterminée ou non par un marché. La valeur du bois, calculée à travers la production vendue, s’élève à 1 340 millions d’euros. Cependant, d’autres fonctions de la forêt concourent à sa valeur, et pour certaines, bien au-delà de cette valeur de marché. L’évaluation de ces productions non marchandes nécessite alors diverses méthodes. Elles sont hétérogènes, ce qui rend difficile l’établissement d’une valeur monétaire complète. Ainsi, les « menus produits forestiers » (plantes aromatiques, végétation à vocation décorative, chasse…) sont estimés par les ventes de l’ONF, des enquêtes… La séquestration du carbone est évaluée à partir du marché des droits d’émissions de CO2 (de 351 à 820 millions d’euros) et les activités récréatives, par des enquêtes de fréquentation (jusqu’à 2 milliards d’euros).

Données et publications