Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Environnement

DONNÉES DE SYNTHÈSE SUR LA BIODIVERSITÉ

Retour à la liste d'indicateurs

Évolution de la population des grands herbivores : le cerf élaphe

À retenir

Le nombre de cerfs élaphe en France est en forte augmentation depuis 1985,  tant en terme d’effectifs que de surface forestière colonisée. En 2010, le cerf occupait 7,4 millions d’hectares de forêts contre 3,9 millions d’hectares en 1985. Les effectifs nationaux ont été multipliés par 4 en vingt ans, passant d’environ 38 600 têtes en 1985 à 161 000 environ en 2010.

Contexte

Le cerf élaphe est une espèce de grande taille qui a besoin d’un espace vital important. Le cloisonnement de ses habitats par les infrastructures routières et ferroviaires limite de fait les échanges entre les populations. L’instauration de plans de chasse en 1963, généralisés en 1979 et l’adoption de mesures de gestion conservatoire ont eu pour objectif de faire progresser les effectifs.
À l’exception de quelques zones de montagne où les grands carnivores sont à nouveau présents, les cervidés n’ont plus d’autres prédateurs que l’homme. Ce dernier a donc un rôle prépondérant dans le maintien de l’équilibre de ces populations qui peuvent causer des dégâts sur les milieux naturels et les surfaces agricoles et forestières.


Commentaire

En 2010, le cerf occupait 16 millions d’hectares dans 83 départements, dont 7,4 millions d’hectares de forêts (soit 49% du territoire boisé national). La superficie occupée à été multipliée par plus de 2 en 25 ans. Les effectifs nationaux estimés ont été multiplié par plus de 4 sur la même période, passant d’environ 38 600 têtes en 1985 à 161 000 environ en 2010 (plus ou moins 30 000). La progression marque cependant un ralentissement ces cinq dernières années.


 

Alors que le cerf était faiblement présent dans la moitié sud de la France au milieu des années 1980, la tendance est désormais à une homogénéisation des effectifs entre le nord et le sud. La population de cerf élaphe semble continuer à progresser dans les secteurs où il était historiquement moins présent, notamment dans les zones montagneuses. Les plus fortes concentrations de population se trouvent dans les massifs forestiers de plaine et de basse altitude. Cela se traduit par des évolutions inégales selon les zones géographiques :
•    d’une part, un très fort accroissement des populations dans les départements montagneux : en moyenne, les effectifs ont été multipliés par 11 en vingt cinq ans dans les départements alpins et par 9 dans les départements pyrénéens ;
•    d’autre part, une progression inférieure à la moyenne nationale pour les départements dépassant déjà 1 000 têtes en 1985 (sauf le Loir-et-Cher).
Entre 2005 et 2010, l’extension du cerf s’est principalement effectuée dans les zones où il était déjà présent.

L’évolution des tableaux de chasse réalisés de 2000 à 2010 confirme la progression du cerf. Sur cette période récente, le nombre d’animaux abattus a augmenté de 46 % mais reste encore inférieur aux prélèvements autorisés.

Méthodologie

Les données sur le cerf élaphe sont recueillies par le réseau de correspondants « cervidés-sanglier » de l’Office Nationale de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) et des Fédérations départementales de chasse et le réseau « ongulés sauvages » dans chaque département. Les effectifs sont estimés par un nombre maximum et un minimum systématiquement vérifiés par un contrôle de cohérence entre les évolutions de populations et les résultats des tableaux de chasse. Les estimations présentées dans cette synthèse correspondent aux moyennes de ces deux nombres.
L’inventaire des effectifs de cerfs élaphe a permis de suivre l’évolution de la population de cette espèce depuis sa mise en place en 1985. Cet inventaire a par la suite été actualisé en 1987, 1990, 1994, 2000,  2005 et 2010. Parallèlement, l’enquête annuelle des « tableaux de chasse départementaux » permet de suivre l’évolution des prélèvements cynégétiques depuis 1973.


En savoir plus

  • http://www.oncfs.gouv.fr/recherch/cnera.php (ONCFS - CNERA) Présentation des différents réseaux d’observation de l’ONCFS
  • ONCFS, 2008. Tout le gibier de France : Atlas de la biodiversité de la faune sauvage, Les 90 espèces chassables - Répartition géographique, populations et tendances d’évolution à long terme. Paris : Hachette pratique. 503 p.

Mis à jour le 15/10/2014

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/