Autres polluants aquatiques

Environnement
Publié le 01/10/2018
Mesures physico-chimiques et biologiques de l'eau
© Terra/Laurent Mignaux
Outre les nitrates et les pesticides, polluants les plus connus affectant les milieux aquatiques, de nombreuses autres substances contaminent les eaux souterraines et superficielles. Parmi ces substances figurent les matières en suspension et les phosphates présents uniquement dans les eaux de surface, mais également des traces de médicaments, des métaux, des phtalates, des perturbateurs endocriniens. Ces polluants proviennent de l’utilisation de produits d’usage industriel, agricole ou domestique, de certains processus industriels, du traitement des eaux usées par les stations d’épuration ou de retombées atmosphériques. Compte tenu des risques qu’ils présentent pour la santé humaine et les écosystèmes aquatiques, ces polluants font l’objet d’un suivi régulier.
  • Évolution de la qualité des cours d'eau : volet macropolluants

    Accroche
    La France, grâce aux agences de l’Eau, dispose d’un historique important quant à la surveillance de la qualité physico-chimique des cours d’eau. Les outils existants d’évaluation de la qualité des eaux permettent de qualifier l’état d’un cours d’eau vis-à-vis d’un ensemble de paramètres au regard de leurs concentrations et de normes établies. Mais il est par contre difficile de tirer de ces résultats une tendance à long terme. Une méthode statistique d’indices d’évolution de la qualité des cours d’eau a, de ce fait, été développée par le Service de l’observation et des statistiques prenant en compte la variabilité du réseau de mesure.
  • La qualité des rivières s’améliore pour plusieurs polluants, à l'exception des nitrates

    Accroche
    La pollution des cours d’eau par les matières organiques et phosphorées, issues des rejets urbains et industriels, a nettement diminué depuis une dizaine d’années, tandis que celle due aux nitrates, majoritairement d’origine agricole, a plutôt tendance à se stabiliser, voire à augmenter encore localement. Les indices d’évolution calculés à partir des données de surveillance des agences de l’Eau montrent ainsi une réelle amélioration sur l’ensemble du territoire des paramètres liés aux rejets ponctuels, grâce notamment aux traitements plus performants des stations d’épuration. L’évolution des nitrates, très liée aux conditions météorologiques, est plus contrastée géographiquement. Les polluants toxiques, ou micropolluants, ne sont pas couverts par cette étude.