L'électricité

Énergie
Publié le 27/09/2018
L'électricité
L'électricité
©Pixabay
Des données, statistiques et analyses sur l’électricité sont présentées ici. Les échanges extérieurs, la production et la consommation de cette forme d’énergie sont analysés dans le bilan annuel de la France, d’un point de vue à la fois physique et monétaire. Une autre publication annuelle est dédiée aux prix de l’électricité en France et dans l’Union européenne. Des données locales sont en outre diffusées.
  • Prix de l’électricité en France et dans l’Union européenne en 2018

    Accroche
    Hors tarif social, le prix moyen de l’électricité pour les ménages français augmente en 2018 de 1,9 %, à un rythme proche de l’inflation générale, et est donc quasiment stable en termes réels. En prenant en compte le tarif social de l’électricité, remplacé par le chèque énergie début 2018, la hausse du prix moyen, mécaniquement plus élevée, atteint 3,2 %. Même si l’écart tend à se réduire, les ménages français paient l’électricité moins cher, en moyenne, que les ménages des autres pays d’Europe de l’Ouest.
    Le prix hors TVA de l’électricité pour les entreprises françaises augmente de 1,1 % en 2018, mais reste toutefois inférieur à son pic atteint en 2015. Les entreprises consommant les plus gros volumes bénéficient de prix sensiblement plus bas que les petits consommateurs et cet écart tend à s’accroître. Le prix de l’électricité pour les entreprises en France reste compétitif en Europe, notamment par rapport aux autres grands pays d’Europe de l’Ouest.


  • Bilan physique et monétaire de l’électricité 2011-2015

    Accroche
    Les consommateurs d’électricité (hors le secteur électrique lui-même) ont dépensé 52 Md€ en 2015 pour consommer 446 TWh. Les taxes ont représenté 27 % de cette dépense (dont près de la moitié a contribué à financer les énergies renouvelables électriques et la péréquation géographique), le coût d’acheminement 27 % et celui de fourniture (incluant la production et la commercialisation) 46 %. Les échanges extérieurs présentent par ailleurs un solde positif de 2,3 Md€.
    Le résidentiel est le principal secteur consommateur, représentant 35 % des livraisons physiques. Compte tenu de coûts d’acheminement et de commercialisation plus élevés en moyenne pour les ménages que pour les entreprises, le résidentiel pèse davantage encore dans la dépense (48 %). À l’inverse, l’industrie représente 24 % de la consommation physique mais seulement 15 % de la dépense. La part du tertiaire est quant à elle de l’ordre d’un tiers, en unités physique ou monétaire.
  • Tableau de bord : solaire photovoltaïque - Deuxième trimestre 2019

    Accroche
    La puissance du parc solaire photovoltaïque atteint 9,3 GW fin juin 2019. Au cours du premier semestre, 397 MW supplémentaires ont été raccordés, contre 490 MW en 2018 sur la même période.
    La production d'électricité d'origine solaire photovoltaïque s'élève à 6,0 TWh sur le premier semestre 2019, en augmentation de 23 % par rapport à la production sur le premier semestre de l'année précédente. Cette forte hausse s'explique notamment par des conditions d'ensoleillement très favorables.
    Les installations mises en service au cours du premier semestre se concentrent principalement dans la moitié sud de la France continentale.

  • Tableau de bord : éolien - Deuxième trimestre 2019

    Accroche
    Au 30 juin 2019, le parc éolien français atteint une puissance de 15,8 GW dont environ 0,5 GW a été raccordé au cours du premier semestre 2019, soit 37 % de plus qu'au premier semestre 2018.
    La puissance des projets en cours d'instruction s'élève à 12,1 GW.
    La production d'électricité éolienne s'est élevée à 16,5 TWh sur le premier semestre 2019, soit 6,7 % de la consommation électrique française.

  • Tableau de bord : biogaz pour la production d'électricité - Deuxième trimestre 2019

    Accroche
    Au 30 juin 2019, 708 installations produisant de l’électricité à partir de biogaz sont raccordées au réseau. Cela correspond à une capacité totale installée de 476 MW. Au cours du premier semestre, 16 MW supplémentaires ont été raccordés.
    Les installations de puissance supérieure à 1 MW représentent 66 % de la puissance installée. Les installations de méthanisation constituent les trois quarts du parc pour un peu plus du tiers de la puissance totale.
    La puissance des projets en file d’attente est de 77 MW au 30 juin 2019.
    La production d'électricité s'élève à 1,1 TWh au premier semestre, soit 0,4 % de la consommation électrique française, en hausse de 7 % par rapport à la production en 2018 sur la même période.

  • L’évolution du mix électrique dans le monde entre 1980 et 2010

    Accroche
    En 2010, la production mondiale d’électricité est de 21 400 TWh. Celle-ci a été multipliée par 2,5 depuis 1980. Elle est essentiellement d’origine thermique, c'est-à-dire effectuée à partir de charbon, de gaz naturel et de produits pétroliers, à hauteur de 65 %. Toutefois, depuis 1980, le gaz naturel s’est largement substitué aux produits pétroliers.
    Les énergies renouvelables représentent un cinquième du mix électrique en 2010, avec une prépondérance de l’énergie hydraulique (83 % de l’électricité renouvelable en 2010) par rapport aux nouvelles énergies renouvelables, éolien et solaire (9 % en 2010).
    Enfin, l’énergie nucléaire représente en 2010 13 % de la production mondiale d’électricité, chiffre en hausse de 4 points par rapport à 1980, mais en recul de 5 points par rapport à son maximum de 1996.