Prix de l'énergie

Énergie
Publié le 28/09/2018
Prix de l'énergie
Prix de l'énergie - © Pixabay
Présentation des données, des statistiques et des analyses sur les prix de l'énergie.
Les prix du gaz et de l’électricité font notamment l’objet chacun d’une publication annuelle. En outre, un chapitre du bilan annuel de l’énergie est consacré aux prix et, au niveau infra-annuel, des informations sur les prix sont diffusées dans la note de conjoncture trimestrielle et les données mensuelles de conjoncture.
  • Prix de l'électricité en France et dans l'Union européenne en 2021

    Accroche
    Le prix moyen de l’électricité pour les ménages français augmente en 2021 de 2,3 %, à un rythme supérieur à l’inflation générale (+ 1,6 %). Les ménages français paient l’électricité moins cher, en moyenne, que les ménages des 26 autres pays de l’Union européenne. L’écart s’accroît même par rapport à 2020. Le prix hors TVA de l’électricité pour les entreprises françaises augmente encore davantage en moyenne, de 6,6 %, en 2021. Les entreprises consommant les plus gros volumes ont connu des augmentations plus fortes du prix de l’électricité en 2021, même si elles bénéficient de prix sensiblement plus bas que les petits consommateurs. Le prix de l’électricité pour les entreprises en France reste compétitif en Europe, notamment par rapport aux autres grands pays d’Europe de l’Ouest.

  • Prix du gaz naturel en France et dans l'Union européenne en 2021

    Accroche
    En 2021, dans un contexte d’augmentation des prix du gaz sur les marchés de gros, le prix moyen toutes taxes comprises du gaz naturel facturé aux ménages français s’élève à 77 €/MWh PCS (pouvoir calorifique supérieur), presque inchangé par rapport à 2020 (- 0,4 %). Les ménages bénéficient notamment de l’inertie des contrats et du gel du prix des tarifs réglementés. Les ménages français paient le gaz plus cher en moyenne que ceux du reste de l’Union européenne, où les prix présentent toutefois une variabilité importante entre pays. Pour les entreprises, le prix hors TVA du gaz s’est fortement accru en France en 2021 (+ 33,2 %). Les prix payés par les entreprises consommant les plus gros volumes, structurellement plus bas que pour les petits consommateurs mais plus sensibles aux prix de gros, se sont brusquement relevés, passant de 11 €/MWh à 44 €/MWh entre 2020 et 2021. Le prix du gaz pour les entreprises en France est supérieur à la moyenne européenne.

  • Prix du gaz et de l’électricité au premier semestre 2022

    Accroche
    Dans un contexte de forte évolution des prix sur le marché de gros, les prix de l’électricité et du gaz aux clients finaux augmentent nettement au 1er semestre 2022, quelle que soit leur catégorie. Entre le 1er semestre 2021 et le 1er semestre 2022, les prix moyens pour les entreprises s’accroissent ainsi de 31 % pour l’électricité et de 103 % pour le gaz. Les entreprises les plus consommatrices, plus sensibles au prix de marché subissent des évolutions encore plus fortes. Du fait notamment des boucliers tarifaires mis en place et de l’inertie des contrats, la hausse des prix est importante toutefois plus modérée pour les ménages : + 7 % pour l’électricité et + 22 % pour le gaz.
  • Bilan énergétique de la France en 2021 - Données provisoires

    Accroche
    En 2021, la reprise économique et la levée progressive des limitations de déplacements liées à l’épidémie de Covid ont généré un rebond de la consommation d’énergie dans les transports, l’industrie et le tertiaire. En outre, les températures basses en début et fin d’année 2021, après un hiver 2020 historiquement clément, ont tiré à la hausse la consommation réelle des bâtiments. La plus grande disponibilité du parc nucléaire a favorisé une reprise de la production d’énergie primaire (+ 6,8 %) mais celle-ci progresse moins vite que la consommation primaire (+ 7,7 %), ce qui génère un recours accru aux importations. La facture énergétique de la France s’établit en 2021 à 44 milliards d’euros. Son quasi doublement par rapport à 2020 résulte de la forte élévation des cours des énergies fossiles et, dans une moindre mesure, de la hausse des importations. Le rebond de l’activité et l’hiver plus rigoureux ont entraîné un recours accru aux énergies carbonées.

  • Les prix des produits pétroliers en 2021 : rebond important avec la reprise économique

    Accroche
    La demande de pétrole augmente vigoureusement en 2021, en raison de la levée progressive des restrictions de déplacement et de la forte reprise économique mondiale. Ce net regain de demande tire les prix du pétrole à la hausse. Le cours du baril de Brent s’élève à 71 $ en moyenne en 2021, contre 42 $ en 2020. Le prix du pétrole brut importé par la France augmente de 57 % en 2021. Dans son sillage, le prix des importations de produits pétroliers raffinés, majoritairement constituées de gazole et de fioul domestique, est en hausse de 40 %. Cette progression se répercute dans les prix TTC de la plupart des produits finis, qui augmentent toutefois proportionnellement moins en raison du rôle amortisseur de la fiscalité. Les hausses s’élèvent ainsi à 14 % pour le gazole et les supercarburants, et à 19 % pour le fioul domestique.

  • Bilan énergétique de la France pour 2020

    Accroche
    Malgré la progression des énergies renouvelables, la production d'énergie primaire de la France décroît de 8,5 % en 2020 par rapport à 2019, en raison essentiellement du recul de la production nucléaire, très affectée par la crise sanitaire. Cette dernière ainsi que, dans une moindre mesure, des températures exceptionnellement douces entraînent une chute de 9,8 % de la consommation primaire, qui s'établit à son plus bas niveau depuis les années 1980. La consommation finale d'énergie baisse fortement dans le secteur productif et, plus encore, dans les transports, alors qu'elle augmente dans le résidentiel à climat corrigé. Au total, les ménages, entreprises et administrations ont dépensé 144 milliards d'euros (Md€) pour leur consommation d'énergie, dont 32 Md€ de taxes énergétiques (nettes des subventions aux énergies renouvelables). Chaque ménage français a dépensé en moyenne 2 690 € en 2020, dont 1 590 € pour l'énergie du logement et 1 100 € pour les carburants.

  • Bilan énergétique de la France en 2020 - Synthèse

    Accroche
    En 2020, la production d'énergie primaire de la France décroît de 8,5 % par rapport à 2019, en raison du recul de la production d'électricité d'origine nucléaire et malgré la progression des énergies renouvelables électriques. La consommation primaire connaît une baisse inédite de 9,8 %, en raison de la crise sanitaire et, dans une moindre mesure, de températures exceptionnellement douces. Après correction des variations climatiques, la consommation d'énergie finale diminue de 5,5 %. La baisse touche l'industrie, le tertiaire et tout particulièrement les transports. À l'inverse, la consommation d'énergie résidentielle augmente de 3,0 % à climat corrigé. Au total, les ménages, entreprises et administrations ont dépensé 144 milliards d'euros (Md€) pour leur consommation d'énergie. 45 Md€ correspondent aux taxes (nettes des subventions aux énergies renouvelables, y compris TVA non déductible) et 24 Md€ aux importations nettes de produits énergétiques et variations de stocks.
  • Données mensuelles de l'énergie

    Accroche
    Principales données mensuelles de conjoncture, relatives à la production, la consommation, les importations, les exportations, ainsi que les prix et la facture des principales formes d’énergie qui sont l'électricité, le gaz, les produits pétroliers, le chauffage urbain et le bois.

    Dernière mise à jour le 6 janvier 2023.
  • Les réseaux de chaleur : quels prix pour le consommateur ?

    Accroche
    Le prix moyen de vente de la chaleur livrée par les réseaux de chaleur en 2014 s'élève à 71,7 €/MWh hors taxes et 82,5 €/MWh toutes taxes comprises. Le prix diminue quand le volume de chaleur livrée augmente (globalement, par point de livraison et par mètre linéaire), ce qui reflète très probablement des économies d'échelle. En conséquence, les établissements du secteur tertiaire, desservis en général par de petits réseaux peu denses, achètent la chaleur à un prix plus élevé que ceux de l'industrie, souvent gros consommateurs, et, dans une moindre mesure, que les ménages.

Données et publications