Autres transports de marchandises

Transports
Publié le 14/06/2024
Cargo porte-conteneurs sur un fleuve - © © Pixabay
Le transport terrestre de marchandises est quasi stable en 2022 (- 0,3 %) après la reprise de 2021 (+ 4,2 %). Il s’élève ainsi à 338 milliards de tonnes-kilomètres en 2022. L’activité est stable en 2022 dans le transport routier par poids lourds, principal poste des transports terrestres, tandis qu’elle se replie dans le transport ferroviaire (- 1,4 %) et fluvial (- 9,3 %). Les parts modales du transport intérieur de fret de 2022 sont proches de celles de 2021 : 87,6 % du fret est transporté par poids lourds, 10,4 % par train et 2 % par voie fluviale.
  • Le transport de marchandises en 2022

    Accroche
    Le transport terrestre de marchandises (hors oléoducs, hors VUL, y compris transit) évolue peu en 2022 (338 milliards de tonnes-kilomètres, soit - 0,3 % par rapport à 2021). L’activité est stable dans le transport routier par poids lourds tandis qu’elle se replie dans le transport ferroviaire (- 1,4 %) et fluvial (- 9,3 %). Les parts modales du transport intérieur de fret de 2022 sont proches de celles de 2021 : 87,6 % du fret est transporté par poids lourds, 10,4 % par train et 2 % par voie fluviale.
    Avec 341,2 millions de tonnes échangées en 2022, le transport maritime de marchandises transitant par les ports français augmente de 5,0 % (après + 4,3 % en 2021), porté par des trafics énergétiques en hausse. Le fret aérien demeure quant à lui très faible en tonnage. Avec 127 600 tonnes transportées en 2022, il baisse de 17,6 % par rapport à 2021.

    Ces résultats sont extraits du Bilan annuel des transports en 2022.
  • Indices des prix du transport de fret et de l'entreposage au premier trimestre 2024

    Accroche
    Au premier trimestre 2024, les prix augmentent par rapport au trimestre précédent, fortement dans le transport maritime (+ 15,1 %) et, dans une moindre mesure, dans la manutention (+ 2,0 %), l’entreposage (+ 1,6 %) et le transport routier (+ 0,9 %). Les prix sont stables dans le transport ferroviaire. À l’inverse, les prix baissent légèrement dans le fluvial (- 0,3 %) et davantage dans le transport aérien (- 4,5 %).

Aller plus loin