Emploi et marché du travail dans les transports

Transports
Publié le 13/11/2018
Chaîne logistique fluviale sur l'axe Méditerranée-Rhône-Saône - © © Terra/Arnaud Bouissou
Fin 2020, le secteur des transports et de l’entreposage emploie plus de 1,4 million de salariés, soit 7,6 % des salariés du secteur privé hors intérim.
  • Emploi salarié et marché du travail dans les transports au premier trimestre 2022

    Accroche
    Entre fin décembre 2021 et fin mars 2022, l’emploi salarié hors intérim du secteur des transports et de l’entreposage reste stable, après avoir augmenté aux troisième (+ 0,5 %) et quatrième trimestre 2021 (+ 0,4 %). L’emploi intérimaire mobilisé par le secteur fléchit (- 5,6 %). L’effectif total du secteur est de 1 536 100 salariés. Dans l’ensemble du secteur privé, les effectifs salariés hors intérimaires s’accroissent de 0,4 % durant le premier trimestre 2022, tandis que l’intérim baisse de 1,7 %. Sur le marché du travail, le nombre de demandeurs d’emploi (catégories A, B, C) dans les métiers du transport et de la logistique (T & L) diminue de nouveau au premier trimestre 2022 (- 2,9 % après - 0,9 % au troisième trimestre 2021 et - 1,9 % au quatrième trimestre 2021). Le nombre total de demandeurs d’emploi (catégories A, B, C) diminue pour le septième trimestre consécutif (- 2,8 % au premier trimestre 2022).

  • Emploi et salaires dans les transports en 2020

    Accroche
    Au 31 décembre 2020, le secteur des transports et de l’entreposage emploie plus de 1,4 million de salariés, soit 7,6 % des salariés du secteur privé hors intérim. Sur un an, dans le contexte de récession économique liée à la crise sanitaire, l’effectif salarié du secteur diminue de 0,8 %, baisse limitée par le dynamisme de l’emploi dans le transport routier de marchandises (+ 3,1 %) alors que l’emploi recule dans le transport de voyageurs (- 2,7 %). Après une chute inédite en début d’année, l’emploi intérimaire du secteur s’est ensuite redressé et s’établit à 115 000 salariés en fin d’année. En 2020, le recours massif à l’activité partielle fait baisser le salaire moyen par tête, particulièrement dans le transport de voyageurs (- 11,9 %) très affecté par la crise sanitaire et plus modérément dans le transport de marchandises, les activité logistiques d'entreposage et de manutention, et l'affrètement moins touchés.

    Ces résultats sont extraits du Bilan annuel des transports en 2020.

  • Les femmes salariées dans le secteur des transports et de l’entreposage : regards sur l’égalité professionnelle

    Accroche
    Dans le secteur des transports et de l’entreposage, la part des femmes dans l’emploi salarié est plus faible que dans le secteur privé (27 %, contre 47 %) et très contrastée selon les métiers. Contrairement à l’ensemble du secteur privé, les femmes y occupent un peu plus souvent des emplois de cadres que les hommes (16 %, contre 11 %). Les écarts de taux de temps partiel et de sous-emploi entre les femmes et les hommes y sont également moindres. Au sein de chaque grande catégorie socioprofessionnelle, les écarts de salaire en équivalent temps plein entre femmes et hommes sont légèrement plus marqués que pour l’ensemble du secteur privé. En 2018, les femmes cadres du secteur des transports perçoivent en moyenne un salaire inférieur de 22,8 % à celui de leurs homologues masculins. Cet écart est de - 13,2 % pour les professions intermédiaires, - 6,2 % pour les employées et - 11,1 % pour les ouvrières.

  • Que représente la logistique dans l’emploi en France ?

    Accroche
    Au 31 décembre 2015, 1,46 million de salariés travaillaient dans la logistique, soit 9 % de l’emploi salarié du secteur marchand, hors intérimaires. Ces emplois se décomposent pour 47 % en professions spécifiques aux transports de marchandises, 40 % en professions de l’entreposage et de la manutention et 14 % en emplois supports. Les personnes exerçant une profession du transport de marchandises sont majoritairement salariées par des prestataires du transport et de la logistique.
  • Les non-salariés dans le transport - Hausse des effectifs et baisse du revenu d'activité entre 2009 et 2014

    Accroche
    En 2014, en France (hors Mayotte), 61 500 personnes exercent une activité non salariée dans le secteur du transport et de l’entreposage, ce qui représente moins d’une personne en emploi sur vingt (4,5 %) contre une sur dix (9,7 %) dans l’ensemble des secteurs hors agriculture. L’activité des non-salariés du transport et de l’entreposage est concentrée dans quelques branches (taxis, transport routier de marchandises). Entre 2009 et 2014, les effectifs non salariés augmentent de 8,3 % dans le transport et l’entreposage, en lien avec la très forte progression du nombre d’auto-entrepreneurs.
  • Le travail et l’emploi dans le transport de marchandises

    Accroche
    Ce document de travail fournit un constat structurel sur le travail et l’emploi dans les transports. Essentiellement centré sur le fret terrestre, par opposition aux autres modes du fret et aux domaines des voyageurs, il étend dans plusieurs de ses articles son champ à la logistique.
    Il est constitué de :
    - une synthèse : Le travail et l’emploi dans le transport à l’orée d’une transition annoncée ;
    - trois articles qui proposent plusieurs angles de vue sur l’état des savoirs statistiques sur l’emploi et le travail dans le transport de marchandises.