Transport routier de marchandises

Transports
Publié le 12/11/2018
Transport routier de marchandises
© Daniel Joseph-Reinette - Terra / MTES
En 2017, le transport intérieur routier de marchandises atteint un niveau de 307,6 milliards de tonnes kilomètres. Le pavillon français, c’est-à-dire les poids lourds immatriculés en France, effectue 53 % de l’activité intérieure. Les 3/4 de l’activité nationale est réalisée pour compte d’autrui, par l’une des 35 000 entreprises du secteur. L’activité de transport routier de marchandises est mesurée à partir d’une enquête en continu sur le territoire de France métropolitaine.
  • Les transports routiers de marchandises sous pavillon français en 2018

    Accroche
    Amorcé en 2016, le redressement du volume d’activité, exprimé en tonnes-kilomètres, réalisé par les poids lourds immatriculés en France se poursuit en 2018 (+ 3,4 %, après + 7,6 % en 2017). L’activité de transport national progresse de 3,9 %. Celle pour compte d’autrui s’accroît de 1,1 % et celle pour compte propre s’accentue de 11,3 %. Au total, le nombre de kilomètres parcourus augmente de 0,6 %. La part du trafic à vide, qui représente 18,4 % de la distance parcourue en 2018, se redresse.

  • Le transport routier de marchandises européen en 2017

    Accroche
    En 2017, le transport routier de marchandises (TRM) européen augmente de 4,7 % par rapport à 2016. L’activité du pavillon polonais devient la plus importante, devançant celle du pavillon allemand. L’activité internationale des pavillons progresse (+ 6,6 %), soutenue par le dynamisme des pavillons des pays de l’Est à l’international (+ 9,5 %). L’activité nationale des pavillons dans leur propre pays croît de 3,7 %, tandis que le cabotage, en augmentation de 17,4 %, représente 3,6 % de l’activité nationale du TRM européen. En hausse, la part de l’activité du pavillon français dans le TRM européen est de 8,6 %, ce qui le fait monter au quatrième rang. Ses activités nationale et internationale progressent, après un long recul à l’international. À l’image de certains pays de l’Europe de l’Ouest (Allemagne, Espagne, Italie, Finlande…), le cabotage en France se renforce en volume et sa part atteint 6,9 % du transport national.
  • Dans le transport routier de marchandises, un chauffeur sur cinq conduit un véhicule utilitaire léger

    Accroche
    En 2017, environ 260 000 conducteurs routiers de transport de marchandises sont salariés dans les établissements du transport routier de fret élargi qui effectuent l’essentiel du transport pour compte d’autrui. Dans ces établissements, un peu plus de 210 000 salariés conduisent des véhicules poids lourds. Parmi eux, 49 % sont des conducteurs de véhicules poids lourds sur courte distance, 32 % sont grands routiers et 19 % sont conducteurs de véhicules utilitaires légers. Cette répartition est plutôt stable au cours des dix dernières années, malgré le dynamisme du transport routier de fret de proximité.
  • Activité du transport routier de marchandises au premier trimestre 2019

    Accroche
    En données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables (CVS-CJO), l’activité de transport routier de marchandises des poids lourds immatriculés en France, mesurée en tonnes-kilomètres, augmente de 3,4 % au premier trimestre 2019, après une stabilisation au quatrième trimestre 2018 (données révisées). Le transport national progresse de 3,5 %. Celui pour compte d'autrui s'accroît de 3,9 % et celui pour compte propre augmente de 1,6 %. Le kilométrage parcouru au premier trimestre 2019 s'accroît de 0,3 %.

  • Le transport routier de marchandises français entre 1996 et 2016 : impacts de la crise économique et de la concurrence

    Accroche
    Entre 1996 et 2016, la route reste le principal mode de transport de marchandises en France. Au cours des vingt dernières années, l’activité des poids lourds a connu un pic en 2007, avant de s’effondrer sous le choc de la crise économique de 2009, dont les effets demeurent. La concurrence devient de plus en plus rude pour les poids lourds français avec l’essor du cabotage des pavillons étrangers en France et le développement de l’activité des véhicules utilitaires légers. L’activité internationale des poids lourds français s’en ressent fortement et l’activité sur longue distance recule considérablement. Les entreprises internalisent davantage leur activité de transport routier depuis la crise économique.
  • Données sur l’utilisation des véhicules de transport routier de marchandises (TRM)

    Accroche
    Ces résultats de l'enquête sur l’utilisation des véhicules de transport routier de marchandises (TRM) sont disponibles sous deux formats différents : Excel et Beyond 20/20. Ils sont regroupés en 6 axes : parc en service, trafic, données générales, activité selon la nature de la marchandise, activité par origine - destination et le TRM européen.
  • Les Pyrénées deux fois plus traversées que les Alpes françaises par les poids lourds

    Accroche
    En 2014, 6,1 millions de poids lourds ont franchi les Pyrénées et 2,6 millions les Alpes françaises. Par rapport à 2010, le nombre de poids lourds traversant les Pyrénées est en hausse de 2,2 % tandis qu’il baisse de 3,6 % dans les Alpes françaises. Les tonnages acheminés progressent de 3,8 % dans les Pyrénées et diminuent de 0,6 % dans les Alpes françaises. Dans ces flux, les échanges entre la France et ses voisins italien et espagnol sont prépondérants. Les principaux flux de transit observés passent par la barrière pyrénéenne en direction de l’Allemagne et de l’Italie. Parmi les marchandises les plus transportées à ces points de passage, figurent les produits de l’agriculture et les produits alimentaires.
  • Le transport routier de marchandises à travers les frontières françaises en 2010

    Accroche
    L’enquête Transit 2010 est la quatrième édition d’une enquête majeure sur les flux terrestres de marchandises traversant les Alpes, les Pyrénées, Bâle et depuis 2010 les passages transmanche de Calais / Douvres et du Tunnel sous la Manche. Elle permet d’affiner l’information sur les flux de poids lourds immatriculés à l’étranger circulant sur le réseau routier français métropolitain.
    Cette enquête, comme les éditions précédentes relatives à 2004, 1999 et 1992-1993, s’intéresse à tous les flux qu’ils soient qualifiés d’échange car originaires ou à destination d’une région française ou de transit car ne faisant que traverser le territoire national à destination d’un autre pays. Elle a été réalisée aux principaux passages « frontière » des Alpes et des Pyrénées, le poste frontière de Bâle / Saint-Louis et pour la première fois en 2010 aux passages transmanche de Calais / Douvres et du Tunnel sous la Manche.
  • 4,7 millions de poids lourds en transit à travers la France en 2010, moins nombreux qu’en 2004 mais plus performants, notamment au plan environnemental

    Accroche
    En 2010, 10,8 millions de poids lourds ont franchi l’une des barrières physiques que constituent les Alpes, les Pyrénées et la Manche dont 4,7 millions en transit transportant 66 millions de tonnes de marchandises.
    Le nombre de poids lourds en transit baisse par rapport à 2004 de 6,9 % tandis que les tonnages acheminés reculent de 3,6 % hors transit entre la Manche et le Nord.
    Le tonnage moyen transporté par les poids lourds en transit chargés augmente (15,8 t contre 15,4 t) et la part des poids lourds à vide diminue de 4,4 % à 3,3 %. Ainsi, la productivité du transport routier en transit s’est accrue. De plus, sa performance environnementale s’est améliorée avec une majorité de véhicules de normes euro IV et V introduites après 2004.
  • La crise avive la concurrence dans le transport routier de marchandises sur le marché français en 2008

    Accroche
    Avec 206 milliards de tonnes-kilomètres transportées en 2008, l’activité du pavillon français du transport routier de marchandises (TRM) a diminué de 5,9 % en un an.
    Dans un marché en baisse, tant en France (- 4,6 %) que dans l’ensemble de l’Europe (- 2,0 %), la part du pavillon français dans l’ensemble du TRM européen ( 10,9 %) recule d’un demi-point par rapport à 2007.

Aller plus loin