Les produits pétroliers

Énergie
Publié le 28/09/2018
Produits pétroliers
Les produits pétroliers - © ©Pixabay
Des données, statistiques et analyses sur les produits pétroliers sont présentées ici. Les échanges extérieurs, la production et la consommation de cette forme d’énergie sont analysés dans le bilan annuel de la France, d’un point de vue à la fois physique et monétaire. Deux autres publications annuelles sont dédiées respectivement aux ventes de produits pétroliers et à l’activité pétrochimique. Des données départementales sont en outre diffusées.
  • L'activité de la pétrochimie en France en 2021

    Accroche
    En France, la pétrochimie consomme, en tant que matière première, un peu plus de 10 % de l’ensemble des produits pétroliers consommés sur le territoire. Les consommations nettes de matières premières pétrolières de la pétrochimie augmentent de 3,7 % en 2021 par rapport à 2020. Elles reviennent ainsi à leur niveau d’avant la crise sanitaire.

  • Les prix des produits pétroliers en 2021 : rebond important avec la reprise économique

    Accroche
    La demande de pétrole augmente vigoureusement en 2021, en raison de la levée progressive des restrictions de déplacement et de la forte reprise économique mondiale. Ce net regain de demande tire les prix du pétrole à la hausse. Le cours du baril de Brent s’élève à 71 $ en moyenne en 2021, contre 42 $ en 2020. Le prix du pétrole brut importé par la France augmente de 57 % en 2021. Dans son sillage, le prix des importations de produits pétroliers raffinés, majoritairement constituées de gazole et de fioul domestique, est en hausse de 40 %. Cette progression se répercute dans les prix TTC de la plupart des produits finis, qui augmentent toutefois proportionnellement moins en raison du rôle amortisseur de la fiscalité. Les hausses s’élèvent ainsi à 14 % pour le gazole et les supercarburants, et à 19 % pour le fioul domestique.

  • Les ventes de produits pétroliers en 2019 - Résultats par produit et par département (France métropolitaine)

    Accroche
    En 2019, les ventes de carburants routiers restent stables. Les ventes de supercarburants progressent fortement (+ 7,3 %), tandis que celles de gazole se replient sensiblement, de 1,9 %. La part du gazole dans la consommation totale de carburants routiers continue ainsi de reculer (- 1,5 point). Les ventes de fioul domestique, de gaz de pétrole liquéfié (GPL) à usage énergétique et de fioul lourd diminuent de manière significative, alors que celles de gazole non routier restent stables. Celles de carburéacteurs augmentent sensiblement (+ 4,6 %).
  • Bilan physique et monétaire du pétrole et des biocarburants 2011-2016

    Accroche
    La France n’extrayant quasiment plus de pétrole, l’approvisionnement des raffineries nationales repose très majoritairement sur les importations de pétrole brut, qui se sont élevées à 56,6 Mtep en 2016, pour un montant de 16,5 Md€. La facture a été divisée par plus de deux en 3 ans malgré des volumes importés relativement stables, du fait de l’effondrement des cours du pétrole en 2014. Les raffineries nationales ont produit 58,0 Mtep de pétrole raffiné, représentant une valeur de 20,4 Md€. La France a par ailleurs importé 40,0 Mtep de produits pétroliers raffinés en 2016, principalement du gazole et du fioul domestique, pour un montant de 15 Md€. Elle en a exporté dans le même temps 20,9 Mtep, essentiellement des supercarburants, permettant d’alléger la facture de 9,4 Md€. En 2016, la consommation intérieure de produits pétroliers raffinés (hors biocarburants) s’est établie à 66,5 Mtep, pour une dépense de 67,9 Md€.