Autres risques naturels majeurs

Environnement
Publié le 01/10/2018
Intervention de canadair pour endiguer le départ d'un feu de forêt (Parc naturel régional de Corse)
© MTES/Véronique Antoni
Le territoire français est exposé à de nombreux phénomènes naturels, susceptibles d’affecter l’intégrité des personnes et des biens et de perturber les activités d’un territoire. Parmi ces aléas figurent les tempêtes, les cyclones, les feux de forêts, les mouvements de terrains. Les effets de ces risques sont susceptibles de s’amplifier sous l’effet du changement climatique. La France, essentiellement les Antilles et La Réunion, est également concernée par les phénomènes telluriques, à savoir le volcanisme et la sismicité.
  • Retrait-gonflement des argiles : plus de 4 millions de maisons potentiellement très exposées

    Accroche
    Si les mouvements de sol induits par le retrait-gonflement des argiles ne causent pas de dommages humains, ils n’en demeurent pas moins un risque majeur en raison de l’ampleur des dégâts matériels qu’ils provoquent. Ce phénomène, amplifié par les épisodes de sécheresse, est à l’origine de 20 % des arrêtés de catastrophe naturelle et de 38 % des coûts d’indemnisation. L’aléa retrait-gonflement d’argiles fort ou moyen concerne un cinquième des sols métropolitains et 4 millions de maisons individuelles. Leur répartition et leur vulnérabilité potentielle révèlent des disparités territoriales.
  • Les Français face aux risques environnementaux (Eser 2013)

    Accroche
    Cette publication présente les résultats d’une enquête réalisée fin 2013 auprès de 4 700 personnes résidant en France métropolitaine et dans les départements d’outre-mer (DOM). L’objectif de cette enquête était de saisir comment les Français perçoivent les risques naturels (inondation, séismes, risques climatiques, cyclones, etc.) et technologiques (risques industriels et nucléaires) auxquels ils sont potentiellement exposés.
  • Le sentiment d’exposition aux risques environnementaux

    Accroche
    Interrogés à six ans d’intervalle sur leur sentiment d’exposition aux risques environnementaux, les Français semblent moins inquiets en 2013 qu’ils ne l’étaient en 2007. S’ils expriment une forte préoccupation à l’égard des risques induits par la pollution atmosphérique, une grande majorité des personnes exposées à des risques industriels ou d’inondation ignorent ou minimisent ces problèmes. Seuls 10 % des Français exposés à ces risques déclarent par ailleurs connaître précisément les dispositifs de prévention mis en œuvre près de chez eux. Même si une certaine défiance s’exprime à l’égard des politiques de prévention des risques, une large partie de la population attend des pouvoirs publics que ce soient eux qui œuvrent à la protection des biens et des personnes. De manière générale, les personnes qui ont déjà subi des dommages par le passé (notamment lors de tempêtes) apparaissent plus inquiètes face aux conséquences possibles d’une éventuelle catastrophe environnementale.
  • Le risque de feux de forêts en France

    Accroche
    L’Assemblée générale des Nations unies a déclaré 2011 « Année internationale des forêts » afin de sensibiliser les opinions sur l’importance de la gestion durable et de la conservation des forêts. Ce document exploite les données disponibles sur les feux de forêts en France. Il présente les zones à risque, les caractéristiques et l’évolution des surfaces de locaux et de logements construits dans ces zones entre 1995 et 2007. Les caractéristiques des feux de forêts recensés c’est-à-dire leur nombre, leur surface, leur origine sont également décrites. Le chapitre sur l’analyse de l’occupation des sols en 2000 et en 2006 exploite les données de la base CORINE Land Cover et permet de donner un éclairage, par région et département, sur le type de forêts brûlées et leur vitesse de régénération. La prévention reste le seul outil efficace, face à la multiplication des feux de forêts lorsque les conditions météorologiques sont exceptionnelles, comme en 2003.
  • L'exposition aux risques environnementaux davantage ressentie dans les grandes villes

    Accroche
    Le réchauffement climatique ou la pollution de l’air sont les risques auxquels les Français se sentent le plus exposés. Suscitant moins d’inquiétude, les risques industriels, sismiques ou d’inondations sont cités par moins d’une personne interrogée sur cinq. Le sentiment d’exposition à ces trois risques dépend fortement de la situation locale d’exposition. La perception des risques est plus prégnante dans les grandes villes, là où se concentrent des atteintes potentielles aux personnes et aux biens économiques, et de nombreuses sources de pollution.
  • Analyse statistique et cartographique de l'érosion marine

    Accroche
    Un quart des côtes métropolitaines recule du fait de l’érosion marine. Malgré les nombreux ouvrages de défense contre la mer, ces proportions ne varient pas depuis vingt ans.
    La mobilité du trait de côte est naturelle. Les vagues, le vent, les courants marins et la nature géologique et morphologique des côtes sont autant de paramètres qui expliquent ce phénomène. Cependant, les activités humaines peuvent venir bouleverser les grands équilibres naturels et ainsi avoir un impact sur la mobilité des côtes.