Transport de voyageurs selon les modes

Transports
Publié le 12/11/2018
Tramway sur pneus TVR de Bombardier dans la ville Bas-Normande de Caen - © © Terra/Arnaud Bouissou
Dans le domaine du transport intérieur de voyageurs (routier collectif et individuel, ferroviaire, aérien pour les vols intérieurs), les parts modales sont estimées à partir de différentes sources, telles que le bilan de la circulation du SDES, les données de l'ARAFER et de l'ensemble des opérateurs ferroviaires, celles d'Île-de-France mobilités-OMNIL, celles issues de l'enquête annuelle sur les transports collectifs urbains, celles de l'UTP et du GART. La métrique utilisée est celle du passager-kilomètre dont la caractéristique est l'additivité et dont une unité représente le transport d'un passager sur un kilomètre. Depuis plus de 25 ans, les parts modales du transport intérieur de voyageurs sont relativement stables, largement dominées par les véhicules particuliers (environ 80 %). Le reste se partage entre le ferroviaire (environ 10 %), les autobus, cars et tramways (environ 6 à 7 %) et l'aérien (moins de 2 %). Le total représente plus de 900 milliards de voyageurs-kilomètres.
  • Les taxis et VTC en 2017-2018 - Rapport de l'Observatoire national des transports publics particuliers de personnes

    Accroche
    Le rapport de l’Observatoire national des transports publics particuliers de personnes dresse un état des lieux du secteur, fortement impacté ces dernières années par de nombreux changements de réglementation. Sont présentées des statistiques concernant les années 2017 et 2018, obtenues grâce à l’exploitation de sources inédites qui permettent d’avoir une vision globale et synthétique du secteur. En 2018, 10 000 candidats ont été admis aux examens de conducteurs de taxis et de VTC. Plus de 17 000 VTC supplémentaires ont circulé, mais l'activité reste dominée par les taxis qui représentent 58 % de l’offre de transport public particulier de personnes. L’ensemble de ces véhicules sont récents ; ils ont parcouru 5 milliards de kilomètres en 2018. 30 % des taxis exercent à Paris, et les régions Île-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur concentrent 81 % de l’offre nationale de VTC.

  • Transport collectif urbain : malgré la croissance des coûts d’exploitation, la participation financière des usagers diminue

    Accroche
    Pour faire face à l’accroissement de la population urbaine, et par conséquent de la congestion automobile et des émissions polluantes qui en résultent, l’offre de transport urbain (encadré 1) s’est fortement développée au cours des vingt dernières années. La fréquentation des réseaux a suivi et les charges d’exploitation ont augmenté très rapidement, notamment dans les réseaux de province non équipés de métro ou tramway ; ceux-ci n’ont pas cherché à compenser la croissance de leurs dépenses par des augmentations tarifaires. Dans les réseaux dotés de métros ou tramways, les recettes tarifaires et les dépenses d’exploitation se sont accrues à des rythmes comparables. En 2015, les usagers supportent 12 % du coût du transport urbain dans les réseaux ne disposant pas de tramway ou métro, 20 % dans les grands réseaux de province équipés de métro ou tramway et 38 % en Île-de-France.
  • Vingt-cinq années de transport intérieur de voyageurs

    Accroche
    Depuis 1990, le transport intérieur de voyageurs a augmenté de 0,9 % par an en moyenne. En 2014, il représente 907 milliards de voyageurs-kilomètres. Le transport individuel, largement prédominant, en représente près de 80 %. Sa part a cependant lentement diminué au cours des vingt dernières années (il représentait 83,4 % en 1995). Cette évolution s’explique principalement par la diminution progressive du nombre d’occupants des voitures particulières.
    Au cours de la même période, la part modale des transports collectifs s’est légèrement accrue et dépasse 20 % du transport intérieur depuis 2008. Parmi les transports collectifs, le transport ferré a le plus progressé, soutenu en particulier par la forte croissance du train à grande vitesse (TAGV).
    Durant ces vingt-cinq années, le transport collectif de proximité est resté très dynamique, porté en particulier par le développement du transport collectif urbain (TCU) qui en 2014 en représente les deux tiers.
  • Le transport intérieur en 2013 redémarre timidement

    Accroche
    En 2013, la demande intérieure en France entraîne la reprise du transport dont la production marchande de services de transport s’accroît de 0,6 %, plus rapidement que le PIB (+ 0,3 %).
    Le transport intérieur de marchandises (hors transport par oléoducs) augmente de 0,7 %.
    Le transport de voyageurs continue sa progression au même rythme qu’en 2012 (+ 0,5 %).
    L’activité des autres services de transport, ralentie par l’activité de la poste et du courrier, ne s’accroît que de 0,4 %.
    La baisse du prix des carburants à la pompe favorise le développement de la circulation routière des véhicules particuliers (75 % de la circulation routière) et des bus et cars interurbains.
    La circulation routière en hausse (+ 0,7 %) s’accompagne d’une diminution des émissions de gaz à effet de serre.

Aller plus loin