Derniers résultats

La performance énergétique du parc locatif privé au 1er janvier 2023

Énergie
Publié le 20/02/2024
Au 1er janvier 2023, on estime à 18,5 % le taux de passoires énergétiques dans le parc locatif privé contre 15,7 % dans l’ensemble des résidences principales. Cet écart s’explique par les caractéristiques spécifiques de ce parc. Constitué pour près de 70 % d’appartements, le parc locatif privé est plus ancien, avec davantage de petits logements et de logements chauffés à l’électricité. Les propriétaires du parc locatif privé sont plutôt âgés (46 % ont entre 50 à 80 ans et 10 % ont plus de 80 ans). Environ la moitié des logements de ce parc concernent des propriétaires des deux derniers déciles de niveaux de vie, soit les revenus les plus élevés.

Les lois « Énergie et Climat » de 2019 et « Climat et Résilience » de 2021 ont introduit une exigence minimale de performance énergétique pour les logements proposés à la location. Dans ce contexte, il importe de suivre la performance énergétique du parc locatif privé, avec une attention particulière sur les passoires énergétiques (étiquettes F et G du DPE).

L'essentiel en infographie

Les passoires énergétiques (classes F et G du DPE) du parc locatif privé au 1er janvier 2023.

© SDES

Les passoires énergétiques du parc locatif privé
Données au 1er janvier 2023
 

Répartition du parc locatif privé selon le DPE :

Classe A : 1,5 %
Classe B : 3,1 %
Classe C : 22,4 %
Classe D : 32,1 %
Classe E : 22,4 %
Classe F : 10,5 %
Classe G : 8,0 %

Les passoires énergétiques (classes F et G) représentent 18,5 %.
En France métropolitaine, il y a près de 1,5 million de passoires énergétiques dans le parc locatif privé.

Caractéristiques de ces passoires :

Selon le type de logement

  • Maisons : 36 %
  • Appartement (copropriété) : 41 %
  • Appartement (monopropriété) : 23 %

Selon la surface habitable

  • Moins de 30 m2 : 25 %
  • De 30 à moins de 60 m2 : 39 %
  • De 60 à moins de 100 m2 : 29 %
  • Plus de 100 m2 : 8 %

Selon la date de construction

  • Avant 1948 : 68 %
  • De 1948 à 1974 : 24 %
  • De 1975 à 1988 : 5 %
  • De 1989 à 2022 : 3 %

Selon l’énergie de chauffage

  • Électricité : 51 %
  • Gaz : 23 %
  • Fioul : 18 %
  • Bois : 9 %

Selon la catégorie urbaine

  • Zone rurale : 14 %
  • Agglomération de moins de 100 000 habitants : 18 %
  • Agglomération de plus de 100 000 habitants : 38 %
  • Agglomération parisienne : 3

Des logements plus anciens, plus petits et chauffés à l’électricité

Sur les 30 millions de résidences principales, un peu plus de 8 millions de logements font partie du parc locatif privé (voir définitions). La structure de ce parc est différente de celle de l’ensemble des résidences principales.

Le parc locatif privé est ainsi constitué à 69 % d’appartements, contre 44 % dans l’ensemble des résidences principales. On y dénombre presque trois fois plus de logements de petites surfaces (de moins de 30 m2) que dans l’ensemble des résidences principales (14 % contre 5 %). Les logements y sont également plus anciens : 37 % de logements construits avant 1948 contre 27 % dans l’ensemble des résidences principales. Ils sont majoritairement chauffés à l’électricité : 52 % contre 38 % pour l’ensemble des résidences principales.

S’agissant du niveau de vie des locataires, les logements du parc locatif privé sont plus souvent occupés par des ménages modestes (24 % appartiennent au premier quintile de revenus contre 18 % dans l’ensemble des résidences principales) et moins souvent par des ménages aisés (11 % appartiennent au dernier quintile de revenus contre 19 % dans l’ensemble des résidences principales).

 

Structure comparée des résidences principales et des logements du parc locatif privé
En %

© SDES

Lecture : le parc locatif privé est constitué de 69 % d’appartements alors que cette part est de 44 % dans l’ensemble des résidences principales.
Champ : ensemble des résidences principales et du parc locatif privé au 1er janvier 2023, France métropolitaine.    
Sources : Fidéli 2021 ; Ademe, base des DPE d’octobre 2022 à mars 2023. Calculs SDES.

Près de 1,5 million de passoires énergétiques

Au 1er janvier 2023, le taux de passoires énergétiques (étiquettes F et G du DPE) dans le parc locatif privé s’élève à 18,5 % (soit près de 1,5 million de logements), contre 15,7 % dans l’ensemble des résidences principales.

Cette surreprésentation des passoires thermiques dans le parc locatif privé s’explique par les caractéristiques spécifiques de ce parc.

Par rapport à l’estimation au 1er janvier 2022 (20,1 %), le taux de passoires du parc locatif privé est en baisse de 1,6 point.

Avec 32,1 % des logements, l’étiquette D est la plus représentée, tout comme dans les résidences principales. 40,9 % des logements du parc locatif privé sont énergivores (étiquettes E, F et G du DPE) alors que seuls 4,6 % sont très performants (étiquettes A et B).

 

Répartition des étiquettes DPE du parc locatif privé au 1er janvier 2023
En %

© SDES

Note : passoires = logements classés F ou G-: statut d’occupation au 1er janvier 2021.
Champ : ensemble du parc locatif privé au 1er janvier 2023, France métropolitaine.
Sources : Fidéli 2021 ; Ademe, base des DPE d’octobre 2022 à mars 2023. Calculs SDES

Les occupants des passoires : souvent des personnes seules et des ménages modestes

La part des passoires énergétiques décroît en fonction du revenu des occupants : 23 % de passoires dans le premier décile contre 17 % dans le huitième décile, et ensuite la part augmente faiblement. Les ménages modestes sont ainsi surreprésentés dans les passoires du parc locatif privé.

Par ailleurs plus de la moitié (56 %) des passoires sont occupées par des personnes seules : pour cette catégorie d’occupants, le taux de passoire atteint 20 %.

 

Part des étiquettes E, F, G du parc locatif privé par décile de revenus des locataires
En %

© SDES

Note : statut d’occupation au 1er janvier 2021. Revenu : voir définitions. Les revenus sont inconnus dans 12 % des cas, dans les sources fiscales. Il est probable que les bas revenus soient surreprésentés parmi ces logements. De fait, les logements pour lesquels les revenus des ménages sont inconnus sont plus souvent des passoires.
Champ : ensemble du parc locatif privé au 1er janvier 2023, France métropolitaine.
Sources : Fidéli 2021 ; Ademe, base des DPE d’octobre 2022-à mars 2023. Calculs SDES

Des propriétaires de passoires plutôt âgés

Près de 80 % des logements du parc locatif privé appartiennent à des personnes physiques, le plus souvent âgées : 60 % ont entre 50 à 80 ans et 13 % plus de 80 ans.

Les taux de passoires du parc locatif privé sont plus élevés parmi les logements appartenant aux propriétaires les plus âgés : 23,1 % pour les propriétaires de plus de 80 ans, contre 18,0 % pour les propriétaires âgés de 50 à 80 ans, et 17,3 % pour les propriétaires de moins de 50 ans. 16 % des propriétaires de passoires ont ainsi plus 80 ans.

 

Répartition des étiquettes DPE selon l’âge des propriétaires bailleurs
En %

© SDES

Note : statut d’occupation au 1er janvier 2021.
Champ : ensemble du parc locatif privé appartenant à des propriétaires personnes physiques au 1er janvier 2023, France métropolitaine.
Sources : Fidéli 2021 ; Ademe, base des DPE d’octobre 2022 à mars 2023. Calculs SDES

 

Par ailleurs, la part des logements énergivores décroît en fonction du niveau de vie des propriétaires. Ainsi, le taux de passoires énergétiques (classes F et G) s’élève à 21,7 % dans le premier décile de revenus contre 16,6 % dans le dernier décile. De même, la part des logements classés E, F ou G atteint 46 % dans le premier décile contre 36,8 % dans le dernier décile de revenus.

 

Part des étiquettes E, F, G du parc locatif privé par décile de revenus des propriétaires
En %

© SDES

Note : statut d’occupation au 1er janvier 2021. Revenu : voir définitions.
Champ : ensemble du parc locatif privé appartenant à des propriétaires personnes physiques au 1er janvier 2023, France métropolitaine.    
Sources : Fidéli 2021 ; Ademe, base des DPE d’octobre 2022 à mars 2023. Calculs SDES

Méthodologie

Les sources de données et la méthodologie utilisées ici sont décrites dans la notice méthodologique associée à la publication Le parc de logements par classe de performance énergétique au 1er janvier 2023.

En particulier, les étiquettes énergétiques des logements sont estimées au 1er janvier 2023, mais le statut d’occupation (locataire) est celui au 1er janvier 2021. L’estimation ne tient donc pas compte d’éventuels changements d’usage, liés en particulier aux interdictions de location de passoires thermiques.

 

DÉFINITIONS

  • Parc locatif privé : ensemble des logements mis en location à l’exception des logements du parc social. Sont également inclus les logements détenus par les collectivités locales (moins de 4 % du parc) et les logements mis à disposition gratuitement par leurs propriétaires (5 % du parc).
  • Revenu : le revenu des occupants est calculé en sommant le revenu disponible du foyer (salaires, pensions et autres revenus déclarés à la DGFiP hors prestations sociales, revenus financiers et prestations sociales) et est divisé par le nombre d’unités de consommation du foyer afin de permettre une comparaison entre foyers composés d’un nombre différent de personnes. Il s’agit donc d’un indicateur de niveau de vie.

Auteurs : Wissem BABA-MOUSSA et Olivier RIBON (SDES)

Données

  • Données associées à la publication sous forme de tableaux et de graphiques.
  • Données détaillées  par classe de DPE selon :

- les caractéristiques de logements ;

- leur localisation géographique (région, zonage ABC et catégorie urbaine) ;

- les caractéristiques des locataires ;

- les caractéristiques  des propriétaires bailleurs ;

- le type de logement (détails pour les appartements, les copropriétés, les immeubles en monopropriété et les maisons individuelles).

Voir aussi