Circulation et utilisation des véhicules routiers

Transports
Publié le 13/11/2018
Véhicules en circulation sur le boulevard périphérique parisien à hauteur de la porte de Vincennes
© Terra/Arnaud Bouissou
La circulation routière est en hausse de 1,5 % en moyenne par an sur les 5 dernières années en France métropolitaine. La circulation des voitures particulières à essence progresse fortement (+ 6 % en 2017), tandis que la circulation des voitures diesel est en baisse à cause de la diminution et du vieillissement du parc.
  • Transport collectif urbain : malgré la croissance des coûts d’exploitation, la participation financière des usagers diminue

    Accroche
    Pour faire face à l’accroissement de la population urbaine, et par conséquent de la congestion automobile et des émissions polluantes qui en résultent, l’offre de transport urbain (encadré 1) s’est fortement développée au cours des vingt dernières années. La fréquentation des réseaux a suivi et les charges d’exploitation ont augmenté très rapidement, notamment dans les réseaux de province non équipés de métro ou tramway ; ceux-ci n’ont pas cherché à compenser la croissance de leurs dépenses par des augmentations tarifaires. Dans les réseaux dotés de métros ou tramways, les recettes tarifaires et les dépenses d’exploitation se sont accrues à des rythmes comparables. En 2015, les usagers supportent 12 % du coût du transport urbain dans les réseaux ne disposant pas de tramway ou métro, 20 % dans les grands réseaux de province équipés de métro ou tramway et 38 % en Île-de-France.
  • Évolution du transport léger dans les secteurs du transport routier de fret et de la messagerie entre 1995 et 2013

    Accroche
    Depuis 1995, le nombre de camionnettes utilisées dans le transport routier de fret et la messagerie a fortement augmenté. Dans le même temps, le nombre de poids lourds a diminué tandis que leur capacité s’est accrue. Le transport routier de fret de proximité utilise plus de la moitié des camionnettes du secteur du transport routier de fret et de la messagerie. Par ailleurs, la part du transport léger, c’est-à-dire des entreprises n’utilisant que des camionnettes, a crû tant en termes de chiffre d’affaires que d’effectif salarié. Le secteur de la messagerie se distingue par une part importante d’entreprises (44 %) appartenant au transport léger. Les entreprises de transport léger de la messagerie et du transport routier de fret de proximité sont principalement situées dans les grandes aires urbaines, où elles utilisent plus de 80 % des camionnettes de leurs secteurs.
  • Le transport collectif routier de voyageurs en 2015 : circulation et parc en progression, parcours moyen stable

    Accroche
    Au 1er janvier 2016, le parc d’autobus en service est constitué de 26 545 véhicules, dont 4 573 pour la RATP. Ces véhicules d’au moins neuf places assises passagers ont parcouru 1 milliard de kilomètres durant l’année 2015 (dont 178 millions pour la RATP). Par ailleurs, 67 053 autocars parcourent en un an plus de 2 milliards de kilomètres en métropole, dont 54 % par des entreprises de transports routiers réguliers de voyageurs. Au final, le transport collectif routier de voyageurs représente en 2015 plus de trois milliards de kilomètres parcourus.
  • L’utilisation et les équipements des autocars en 2013

    Accroche
    En 2013, le parc métropolitain des autocars en service est constitué de 66 215 véhicules. Dans ce parc, six véhicules sur dix sont utilisés pour une seule activité (service régulier scolaire, service régulier interurbain…) et quatre sur dix le sont dans une combinaison de plusieurs activités (service régulier scolaire et service périscolaire, service régulier interurbain et service scolaire…).
    Au cours de l’année 2013, les autocars ont parcouru un peu plus de 2 milliards de kilomètres dont 37 % pour du service régulier scolaire, 30 % pour du service régulier interurbain et 11 % pour du service occasionnel national à vocation touristique.
    Ils ont circulé en moyenne 200 jours par an et parcouru environ 150 kilomètres par jour.
    Presque tous les véhicules sont équipés de ceintures de sécurité, quatre sur dix disposent d’un éthylotest anti-démarrage et six sur dix sont pourvus de chronotachygraphe numérique.
  • Les véhicules utilitaires légers : une bonne complémentarité avec les poids lourds

    Accroche
    Les VUL immatriculés en France sont utilisés pour des déplacements d’en moyenne 2 heures et sur des distances inférieures à 150 km. Leurs utilisations pour motifs professionnels ont été observées pendant une semaine en 2011.
    Elles ont pour principal objet le transport d’outils et de matériaux ainsi que celui de marchandises, dont le quart est dédié aux produits alimentaires et un sur cinq aux colis et courrier. Mais les VUL ne servent pas seulement au transport d’objets, le quart de leurs déplacements est lié aux services (visites aux clients, dépannage). Les VUL se déplacent principalement en ville et les trois quarts des véhicules roulent moins de 80 km par jour. L’usage urbain sur de faibles distances laisse une marge de progression pour un usage plus important des véhicules électriques.
  • Les deux-roues motorisés au 1er janvier 2012

    Accroche
    Au 1er janvier 2012, 3,6 millions de deux-roues motorisés (2RM) sont en circulation en France, hors véhicules de 30 ans et plus ou de type tout-terrain. Ces véhicules ont un âge moyen de 7,6 ans mais 43 % ont moins de 5 ans.
  • Les deux-roues motorisés : à chaque âge, son usage et ses dangers

    Accroche
    En France, les deux-roues motorisés ont parcouru 11 milliards de kilomètres entre mars 2011 et mars 2012. Les cyclomotoristes utilisent leur véhicule pour tous les usages quotidiens, parcourant en moyenne 2 638 km par an. La moitié d’entre eux a moins de 25 ans. Les motocyclistes, plus âgés, parcourent 3 036 km par an. Une motocyclette sur deux est principalement destinée aux loisirs, et ce d’autant plus que la cylindrée est importante. Parmi l’ensemble des deux-roues, deux véhicules sur trois sont notamment utilisés pour les déplacements domicile-travail ou études. Cet usage pallie souvent le manque de transports en commun, en particulier dans les couronnes urbaines. En conduisant un deux-roues motorisé, le risque d’être tué est 27 fois plus élevé qu’en voiture. Les cyclomotoristes sont 3,3 fois plus accidentés que les motocyclistes.
  • Les véhicules utilitaires légers au 1er janvier 2011

    Accroche
    Début 2011, 5,8 millions de véhicules utilitaires légers (VUL) sont en service. Ils parcourent en moyenne 14 900 km par an. Ces véhicules ont un âge moyen de 9,3 ans, mais la moitié des VUL utilisés par des professionnels ont moins de 5 ans. Le gazole est le carburant de 90 % des véhicules. Les énergies alternatives (GNV, GPL, électricité, bicarburation) sont peu répandues (moins de 1 % du parc) et concernent les véhicules de faible tonnage. 60 % des VUL sont utilisés par des professionnels, principalement dans les secteurs de la construction, du commerce, des activités scientifiques et techniques et des services administratifs et de soutien. 
  • La circulation routière augmente à un rythme ralenti depuis 2003

    Accroche
    Alors qu’elle avait augmenté de 31,7 % entre 1990 et 2003, soit + 2,1 % par an, la circulation routière sur le territoire métropolitain marque une inflexion à partir de 2003 et semble plafonner depuis, avec une progression globale de 1,4 % entre 2003 et 2010, soit + 0,2 % par an. Sur vingt ans, le parc des véhicules immatriculés en France s’est accru de 33,9 % mais leur parcours moyen a baissé de 2,0 %. Dans le même temps, la circulation des véhicules étrangers a fortement progressé contribuant significativement à l’augmentation globale.
  • Consommation et économies d’énergie dans le secteur du transport routier de fret, de l’entreposage, et de la messagerie en 2009

    Accroche
    En 2009, le gazole représente la quasi-totalité (94 %) de l’énergie consommée par les 38 300 entreprises du transport routier de fret et de l’entreposage. Au total, la consommation annuelle de gazole déclarée par les entreprises du secteur est de l’ordre de 7 milliards de litres. L’usage de carburants alternatifs au gazole reste très limité.